La Gazette de la grande ile

Jirama:  Des violations répétées des règlementations et lois dénoncées !

Publié le 17 novembre 2020

Les services de la compagnie nationale d’électricité et eau de Madagascar (Jirama) se dégradent de plus en plus avec le temps et font plaindre plus d’un. Mis à part les services qui laissent à désirer, il semblerait que la Jirama récidive dans la violation des dispositions légales des lois en vigueur. Les deux leaders syndicaux incarcérés en 2015 n’ont pas manqué de le préciser lors d’une conférence qui s’est tenue à l’Espace Planète à Ambohijatovo hier. Bien évidemment, ils ont soutenu leurs dires par des faits tels que la suspension abusive de contrat de travail en rappelant le déroulement de leur arrestation, le 18 septembre 2015, où en pleine grève licite des agents de la Jirama, avant une conférence de presse que devait donner l’intersyndical de la société, les leaders ont été arrêtés, tabassés, auditionnés, puis jetés en prison sans ménagement suivi d’une suspension de contrat de travail. Il y a également la non application des dispositions légales car le 2 décembre 2016 devant la Cour d’appel en sa chambre correctionnelle réunie, par l’arrêt N°1778, ils ont eu gain de cause vu qu’ils étaient « renvoyés des fins de la poursuite (pour éléments moraux non constitués) », ils étaient relevés de leur condamnation pécuniaire, mais la Jirama n’a jamais procédé à leur réintégration. La non application des dispositions de la convention collective y a été aussi mentionnée, l’entêtement de la Jirama actuelle de ne plus appliquer une ordonnance de la Cour de cassation de la Cour Suprême de Madagascar, plus une désobéissance et insubordination de la Société devant une décision ministérielle face à la réintégration des leaders syndicaux. Tant de violations ont été mentionnées par les leaders syndicaux qui à travers cela lancent un appel aux personnels et différentes organisations sociales au sein de la société d’avoir le courage de dénoncer les irrégularités et les abus sociaux et aux autorités de prendre en considération l’affaire qui les concerne vu qu’ils se sentent désemparés.

Jean Riana

Lire aussi