La Gazette de la grande ile

IMAGES DANS LES MOTS : Recycler pour vivre propre

Publié le 30 novembre 2020

La capitale est victime de l’éparpillement des ordures. Tous les quartiers de la grande ville d’Antananarivo sont pollués par ces déchets de diverses origines. Ce problème a toujours fait l’objet de discussions dans la ville. Les habitants se plaignent toujours de ces invasions d’ordures et ne veulent pas savoir qui est le responsable de l’enlèvement de ces tas d’ordures. De leur côté, la Commune Urbaine et le Samva se rejettent la faute. A vrai dire, on est tous responsables de ces pollutions qui gangrènent notre capitale. Nous qui jetons les ordures partout, sans penser aux conséquences, la Commune qui est le premier responsable de la propreté de sa localité et le Ministère de l’eau qui est le responsable de l’hygiène et de l’assainissement. Tout un chacun doit trouver la solution pour aider la capitale à rester propre. On se demande toujours pourquoi dans la Cité de l’amitié Akamasoa du père Pédro, la propreté est respectée : c’est une question de mentalité et d’initiative. En ces périodes de propagande, les candidats à la mairie font des promesses de nettoyer la ville et il y en a qui proposent le recyclage comme solution pour nous débarrasser de ces tas d’ordures. Oui, recycler peut aider à garder la propreté. Il suffit d’avoir un esprit créatif et évolutif pour trouver le produit qu’on pourrait créer à partir de ces ordures. Bien évidemment, ce ne sont pas toutes les ordures qui peuvent être recyclées, car les déchets des laboratoires et les hôpitaux sont nuisibles. Le plastique est recyclable. On peut le faire fondre pour en créer divers objets, comme des pavés ou des parquets. Les métaux sont aussi recyclables. Mais les ordures ménagères peuvent aussi être recyclées comme engrais pour des plantes qui ne sont pas destinées à la consommation. Les artistes plasticiens sont les plus aptes à faire des recyclages, comme ce bon vieux Temandrota qui utilise des matières provenant de choses que les gens n’utilisent plus pour fabriquer ses tableaux et ce sont des œuvres qu’il vend en général aux étrangers à des prix très rentables. Les bouteilles et les bidons en plastiques sont utilisés pour être transformés en pots de fleurs ou de plantes potagères. Tous ceci pour dire qu’on peut se débarrasser des ordures et les transformer en opportunité pour pouvoir vivre mieux, gagner de l’argent et bien évidemment vivre dans la propreté. Mais la propreté commence par la mentalité.

Riri

Lire aussi