La Gazette de la grande ile

Continuité des services publics : le service de l’électricité y fera toujours exception !

Publié le 30 novembre 2020

Il est désolant qu’à Madagascar, les discussions concernant le service d’accès en eau et en électricité ne se terminent jamais bien, les critiques et les plaintes étant toujours plus nombreuses que les compliments. De plus, il est impossible de ne pas parler de la mauvaise qualité des services fournis par la JIRAMA, seule entreprise reconnue jusqu’à ce jour pour ce genre de service, à chaque fois qu’on évoque les problèmes auxquels on doit faire face tous les jours. En effet, les termes délestage, insuffisance en eau, pollution de l’eau, … ne sont plus nouveaux pour tout le monde, et notamment pour les usagers qui n’ont malheureusement d’autres choix que de recourir aux services de la JIRAMA. Cette dernière qui, en ayant bien connaissance de toutes les critiques qui lui sont adressées, n’a jamais pu réparer ses erreurs jusqu’à présent. Et parallèlement, il est également plus bizarre qu’à son tour, l’Etat n’ait pas non plus songé à créer par exemple de nouveaux établissements pour remédier aux échecs de la JIRAMA.

Malheureusement, seuls les usagers sont en mesure de comprendre à quel point un service mal accompli peut être très problématique dans le bon déroulement de la vie quotidienne. Seuls les usagers ressentent la souffrance de ne pas pouvoir travailler, parce que faute d’accès en eau, on n’a pas pu prendre ne serait-ce qu’une simple douche. Seuls les usagers vont comprendre qu’en cas de coupures d’électricité, les personnes dont la profession dépend de son fonctionnement, n’ont d’autres choix que d’interrompre leur boulot. Ceux qui ont les moyens d’accéder à d’autres sources d’électricité ne verront jamais à quel point ces personnes en souffrent. Le fait de trouver des solutions rapides ne leur viendra point à l’esprit. Et pour ajouter, ce sont surtout les habitants de la capitale qui se plaignent des coupures fréquentes d’électricité et de la mauvaise qualité des services de la JIRAMA en général, mais voilà que certaines communes rurales commencent aussi à subir le même sort. Depuis le début de la semaine, les habitants des communes rurales d’Ampitatafika, Fenoarivo et Alakamisy, ont été plongés dans le noir durant plus de deux heures vers le début de la soirée, et l’approvisionnement en eau commence aussi à être problématique.

Mais comme nous commençons à en avoir marre de nous plaindre sans cesse sans être écoutés, il vaudrait peut-être mieux ne plus supplier les responsables, et espérer que leur conscience va un jour les inciter à penser à ces pauvres usagers…

Hariantsa R.

Lire aussi