La Gazette de la grande ile

Madagascar : Mode de gouvernance à revoir !

Publié le 15 décembre 2020

La faim est une ennemie coriace dans les pays pauvres comme Madagascar car elle prend de plus en plus d’ampleur avec le temps. Surtout que le pays ne fait aucun pas vers le développement alors que sa population augmente au fur et à mesure que le temps passe. Il est à noter que la population malagasy est passée de 12 238 914 habitants à 25 680 342 entre 1993 et 2018. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la faim gagne du terrain vu qu’avec 60 ans d’indépendance, on n’a enregistré aucun développement qui puisse impacter favorablement la vie des Malagasy. Les seuls qui réussissent à améliorer leur condition de vie sont les dirigeants et leurs proches. Plus le temps passe, plus l’écart du niveau de vie entre la classe dirigeante et les dirigés ne cesse de se creuser. La mauvaise gouvernance à Madagascar est telle que seuls la pauvreté, la corruption, l’insécurité et autres maux émergent dans le pays. Tout cela nous montre la nécessité de revoir le mode de gouvernance à Madagascar au risque de voir la pauvreté s’y éterniser. Madagascar est une terre prospère offrant de multiples opportunités, mais hélas avec des dirigeants incompétents qui imposent la culture de la médiocrité à laquelle la population finit par s’habituer. Tous les dirigeants qui sont passés au pouvoir ont tous eu des résultats médiocres voire décevants alors qu’ils ont promis monts et merveilles pour y accéder qu’à la longue le peuple malagasy finit par en avoir marre de la politique puisque le secteur est rempli de tromperies et de mensonges. Et oui, les politiciens sont de très bons baratineurs capables de promettre bien de choses sans même avoir l’intention de les réaliser un jour. La preuve est que Madagascar est toujours pauvre à l’heure actuelle voire plus pauvre qu’auparavant. Et on s’étonne que la population malagasy se désintéresse un peu plus de la politique avec le temps. Il n’y a qu’à voir le taux de participation qui ne cesse de s’affaiblir à chaque élection qui se présente pour en avoir le constat. Les dirigeants une fois en place n’ont aucune stratégie bien définie pour mener le pays vers le développement et comptent tous sur les aides étrangères pour y parvenir. Résultat, le pays ne fait que se cribler de dettes sans qu’on observe une nuance de développement dans la vie des Malagasy. Pour que Madagascar puisse un jour atteindre le développement, le pays doit sérieusement penser à changer de mode de gouvernance basé sur la transparence car il est clair que le pays n’arrivera à faire aucun pas en avant avec le taux de corruption élevé qui y prévaut à l’heure actuelle.

 Jean Riana

Lire aussi