La Gazette de la grande ile

Jeux des îles – Réunion du CIJ : Possible boycott des Mauriciens

Publié le 30 décembre 2020

L’organisation par Madagascar de la 11e édition des Jeux des îles de l’Océan Indien (JIOI) en 2023 à Antananarivo risque de ne pas partir sur de bons signes. En effet, suite à la découverte d’une deuxième vague de la COVID-19 qui fait encore plus peur que la première, notamment, en Afrique du Sud, le gouvernement mauricien a pris une décision sur l’extension de la quarantaine à Maurice jusqu’au 15 février 2021. Désormais, il faudra prendre en considération une période de quarantaine de 14 jours contre, qui plus est, une certaine somme d’argent au retour à Maurice. Du coup, et en ce qui concerne la prochaine réunion du CIJ, il est fort possible que cette réunion au sommet verra le possible boycott des Mauriciens dont la délégation est composée de trois membres à savoir un représentant du ministère des Sports et deux membres du Comité olympique mauricien.

Notons qu’initialement prévue pour les 6 et 7 février 2021, la prochaine réunion du Conseil International des Jeux (CIJ) pour les Jeux des îles pourrait très probablement avoir lieu les 13 et 14 février et non les 6-7 février comme prévu. C’est la tendance qui se dégage suite aux récents échanges de la semaine écoulée entre les acteurs de ces Jeux.

Une nouvelle souche découverte en Afrique du Sud

Après la découverte d’une nouvelle variante du coronavirus qui a abouti à la mise à l’isolement de la Grande-Bretagne, une autre version a été découverte en Afrique du Sud. « Plus contagieuse » que celle du Royaume-Uni, elle est « hautement préoccupante », selon des autorités britanniques.

Il est à signaler que le ministre de la Santé sud-africain Zwelini Mkhize, a annoncé plus de 14.000 nouveaux cas recensés en 24 heures, alors que ces chiffres oscillaient entre 8.000 et 10.000 nouvelles infections quotidiennes les jours précédents.

Une transmission beaucoup plus rapide

Avec un taux de positivité aux tests de 26 %, ces chiffres « indiquent que le virus continue de se répandre de manière exponentielle, beaucoup plus rapide que pendant la première vague », a indiqué le ministre de la Santé, Zwelini Mkhize, dans un communiqué : « Ce que nous savons, cette nouvelle variante baptisée ‘501.V2’, c’est qu’elle a probablement émergé dans la région de Nelson Mandela Bay », autour de Port Elizabeth. Puis « elle s’est étendue vers Le Cap, région la plus touristique du pays », vers l’ouest, mais aussi vers le nord en direction de Durban.

L’Afrique du Sud compte désormais plus de 950.000 personnes testées positives au coronavirus depuis le début de la pandémie, dont 25.657 morts.

Recueillis par F.A.R

Lire aussi