La Gazette de la grande ile

Bavure militaire à Amparafaravola : Résultat des combines de Ravokatra

Publié le 02 janvier 2021

Combien de fois dans ce journal, avons-nous répété que Ravokatra, le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, est en train de détruire le secteur minier en corrompant tous les domaines liés à ce secteur ? Les résultats sont de plus en plus flagrants. Après la grève des employés de la KRAOMA, l’effondrement de l’OMNIS,  le retrait progressif de Rio Tinto, voilà que les petites mines commencent à se faire entendre. Pour l’histoire, une bavure militaire dans une mine de Béryl à Ampasika, dans la commune rurale d’Andilana Nord du Districit d’Amparafaravola a entraîné mort d’homme le lundi 28 décembre dernier. L’individu a reçu une balle suite à l’affrontement entre les militaires, gardes privées de la propriétaire de la mine et collecteurs des pierres, et les exploiteurs de la mine. L’affrontement entre ces derniers a commencé suite à l’escroquerie que fait cette propriétaire sur ces exploiteurs. En effet, elle achète au prix de 5.000ar des pierres qui valent 100.000ar. Pourtant, ces exploiteurs n’ont pas le choix, car ils n’ont pas le droit de vendre ailleurs. Ces exploiteurs ont essayé de négocier le prix, mais la propriétaire de la mine n’a rien voulu savoir. Dans la nuit du dimanche 27 décembre, une foule s’est rendue dans la carrière. Les militaires ont attrapé et forcé les gens à se sodomiser entre eux sous la menace d’arme à feux. Face à cela et à l’accumulation de la rage des exploiteurs contre les propriétaires de cette mine, ils se sont rendus sur place le lundi 28 décembre pour riposter et revendiquer leurs droits. Ils ont ainsi affronté les militaires qui ont utilisé leurs armes. Un homme a reçu une balle et en est mort sur le coup.  Face au nombre élevé de la population, les militaires ont battu en retraite et se sont enfuis dans la forêt. Mais tout cela, ce sont les faits relatés dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Derrière tout ce scandale se cachent les corruptions journalières des dirigeants du secteur minier qui ont finalement conduit à ce soulèvement populaire.

Les exploiteurs de cette mine de Béryl à Ampasika se sont plaints de leur situation depuis des mois. Le Ministre Ravokatra était au courant de l’affaire. Cependant, il a fait exprès de fermer les yeux car, selon nos sources, il aurait ses avantages dans cette exploitation. La propriétaire de la mine, une certaine Sylvia Fanjanirina, serait en liaison avec Tinoka Roberto, le Ministre de la Jeunesse et des Sports. Lui et Ravokatra, deux actuels ministres du gouvernement Ntsay, auraient trouvé un moyen de s’enrichir avec cette mine de Béryl, que le Président de la République ne connaît pas. Deux ministres qui utilisent leur titre pour arnaquer des gens dans des zones reculées. Leur relation personnelle qui devrait rester dans le domaine du privé, est en train d’impacter sur la vie de la population malgache. Tinoka Roberto aide son amie à arnaquer des gens en payant des militaires pour leur servir de gardes rapprochées. De son côté, Ravokatra aurait une relation avec une certaine journaliste de la chaîne de télévision privée du Président de la République. C’est cette dernière qui parle en son nom et qui menace les gens ne voulant pas coopérer avec eux. Elle aurait même soutiré de l’argent à l’OMNIS en utilisant son titre de journaliste et en disant ouvertement aux employés que c’est le Ministre Ravokatra qui l’envoie. Les militaires ont fait une bavure ayant entraîné mort d’homme à Ampasika, mais Ravokatra commet des bavures tout le temps sans que personne ne réagisse.

  1. B

Lire aussi