La Gazette de la grande ile

Accroissement des violences : Le renforcement de la répression insuffisant !

Publié le 02 janvier 2021

Les cas de violence de tous genres dans la société malgache sont encore loin d’être éradiqués en ce moment. Presque chaque jour, les faits divers des journaux et presses locales rapportent des nouveaux cas de violences physiques, psychologiques, financières mais aussi et surtout sexuels envers des femmes, des enfants et des personnes en situation de faiblesse. Le gouvernement malgache, dans le cadre de la législation de la lutte contre les violences basées sur le genre, entend adopter une politique de renforcement de la répression de ces infractions. Pourtant, lorsqu’on se réfère à la réalité, les textes et la nouvelle politique pénale ne semblent pas encore dissuader les malfaiteurs. Dans la capitale comme dans d’autres régions de la Grande Ile, les violences que l’on pourrait même qualifier de barbaries arrivent devant les autorités. Dernièrement, une fillette d’à peine 4 ans a été mortellement violée. Les violeurs ne choisissent plus l’âge ni le sexe de leurs victimes. Filles ou garçons, nouveaux-nés, adolescents, adultes ou vieillards peuvent tous être victimes d’une violence sexuelle. Pour les observateurs, le renforcement de la répression de ces formes de violences est tout simplement insuffisant. Pour cause, d’autres facteurs comme la recrudescence de la prise de drogue dure comme le cannabis et l’alcool, la propagation des films et des documents à caractère pornographique, le stress dû aux difficultés financières après la crise du coronavirus sont autant de facteurs à l’origine de ces violences. Des mesures d’accompagnement ainsi que le renforcement des campagnes de sensibilisation doivent ainsi être prises pour renforcer la lutte contre ces violences.

Ranaivo

Lire aussi