La Gazette de la grande ile

Insécurité alimentaire : Un problème irrésolu pour encore longtemps !

Publié le 20 janvier 2021

L’insécurité alimentaire n’est pas prête de se résoudre de sitôt à Madagascar vu la situation qui y règne avec le coût de la vie qui se renchérit de jour en jour alors que la population malagasy s’appauvrit un peu plus avec le temps. Et oui, l’insécurité alimentaire prend de l’ampleur dans la Grande Ile et sévit sur tout le territoire. Seulement, elle est plus accentuée dans la partie Sud de l’île vu la sécheresse et la famine qui y sont récurrentes. Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM), un financement de 35 millions de dollars est requis de façon urgente pour éviter à Madagascar une crise humanitaire affectant 1,35 million d’habitants dans le Sud. La situation dans les zones arides exposées à une sécheresse prolongée dans les régions Anosy, Androy et Atsimo Andrefana en particulier est plus qu’alarmante. Ce n’est pas pour rien si le nombre des migrants climatiques se multiplie d’année en année. Il n’y a qu’à voir le nombre conséquent des habitants du Sud qui fuient la région pour trouver mieux ailleurs vu que la faim et la soif y sont insoutenables. Il faut dire qu’aucun des dirigeants qui se sont succédé au pouvoir n’a su trouver de solutions face à la situation dans le Sud qu’un grand nombre d’habitants préfèrent fuir en allant vers l’inconnu que de rester à subir la faim à longueur de temps. Par ailleurs, l’église FJKM, au cours du culte de demande de bénédiction qui s’est déroulé au Coliseum d’Antsonjombe dimanche dernier, a également lancé un appel à l’aide d’urgence en faveur des habitants du Sud de l’île. Il y a aussi le Système des Nations Unies qui a lancé un appel international d’un montant de 75,9 millions de dollars pour faire face aux impacts de la sècheresse dans le Sud. Ce ne sont pas les aides pour soutenir les habitants du Sud qui manquent, mais le problème est que ce ne sont là que des solutions ponctuelles qu’à la longue la population locale finit par en avoir marre et en arrive à choisir la fuite plutôt que de continuer à subir. La solution pérenne pour faire face à la situation qui règne dans le Sud n’est pas prête de voir le jour. Autrement dit, l’insécurité alimentaire restera un problème irrésolu et le restera encore pour longtemps tant dans le Sud que sur le territoire vu le pouvoir d’achat des citoyens malagasy qui s’amoindrit de jour en jour alors qu’en parallèle le coût de la vie est de plus en plus élevé. Le pire c’est que même l’eau très utile pour la cuisson de la nourriture est devenue un élément rare et son approvisionnement laisse de plus en plus à désirer sur le territoire malagasy.

Jean Riana

Lire aussi