La Gazette de la grande ile

Les magistrats désertent-ils la magistrature ou les magistrats sont-ils partout ?

Publié le 22 janvier 2021

Les magistrats sont nombreux dans les ministères,  secrétaires généraux,  directeurs des affaires juridiques. On se demande si les administrateurs civils qui ont été formés à l’ENAM et dont le rôle est d’être à la tête de l’administration.  La question a raison d’être puisqu’au-delà des ministres qui occupent des postes politiques,  les secrétaires généraux censés être des techniciens deviennent de plus en plus des hommes et femmes de l’équipe au pouvoir fortement teintés de politique pour certains et peu de technicité pour d’autres. Parmi les hommes du régime figurent un Andriantongarivo mari de la ministre Lalatiana Rakotondrazafy, Rakotoarisoa Indrimanga respecté quand il était  Président du Tribunal Financier d’Antananarivo et qui depuis l’avènement du Président  Rajoelina est devenu un incontournable Secrétaire Général au Ministère de l’énergie et aujourd’hui au Ministère de l’environnement,  Imbiky Herilaza connu pour ses différentes interventions télévisées depuis quelques années avec des arguments parfois peu plausibles pour défendre des choses indéfendables mais au moins de tous il est resté très pondéré dans sa manière de parler et d’autres encore. Si Andriantongarivo n’est pas un magistrat  et avait été renvoyé de l’école des avocats,  les deux autres sont des magistrats, mais devenus plus politiques que techniques. Ils ne sont pas les seuls  à  être ainsi tandis que d’autres magistrats désertent carrément la magistrature et sont dans les ministères notamment, ce qui a l’air d’intéresser un certain nombre d’entre eux, le Ministère des Finances. Aujourd’hui les magistrats sont aussi à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Les magistrats sont partout dans les administrations et à des postes politiques. Les magistrats détachés sont si nombreux que l’on se demande s’ils désertent le corps de la magistrature parce que finalement être magistrat ne les intéresse pas, ou s’ils désertent le corps de la magistrature car occuper certains emplois est mieux payé ou s’ils désertent la magistrature car l’appel du large est mieux que le corps d’origine ou si on les appelle car eux seuls sauront défendre les indéfendables quand besoin se fera sentir? Aujourd’hui les jeunes esprits qui veulent intégrer la magistrature vont se dire qu’ils veulent être magistrats pour être sénateurs,  pour être secrétaires généraux de n’importe quel ministère. Aujourd’hui être magistrat demeure le rêve de jeunes qui font du droit mais à voir ce qui se passe ce n’est plus pour juger une affaire, ce n’est plus pour défendre la société mais plus pour être dans les hautes sphères du pouvoir.  Après,  puisqu’il y a toujours un après tôt ou tard,  ces magistrats sont étiquetés aux couleurs du régime si bien que même  bon techniquement on les met en voie de garage car ils avaient  été avec l’ancien régime.  Des magistrats à l’instar d’un Misa Razafindrakoto brillant magistrat et sortant de l’ENA France traîne tel un boulet le fait d’avoir été à la Primature  sous le régime Rajaonarimampianina alors même que de compétence technique il en a plus que certains de ceux qui occupent les hautes sphères actuellement. Le fait de voir les magistrats partout en devient désarçonnant surtout après la nomination de ce juge anti-corruption comme Sénateur.

La Rédaction

Lire aussi