La Gazette de la grande ile

EDITORIAL : Et ils ont cru à cette histoire de Sénat budgétivore  

Publié le 25 janvier 2021

Durant sa campagne, l’actuel Président a dit qu’il allait supprimer le Sénat et qu’avec l’argent, il allait construire des Universités aux normes. Et certains y ont cru ! Les Universités, ce ne sont pas quatre murs en orange et grenat, c’est bien plus que cela. C’est au moins des enseignants, mais on voit bien que le recrutement d’enseignants à tous les nlveaux n’est pas une priorité. Finalement, il n’a pas supprimé le Sénat, institution prévue par la Constitution,  mais il a réduit le nombre des sénateurs, car c’est une institution budgétivore. On va dire que ce n’était pas un mensonge, mais une promesse électorale qui n’engage que ceux qui y ont cru ! Élection des électeurs faite, nomination de sénateurs faite, les actuels sénateurs sont quasi tous inféodés au régime. On avait eu un Sénat majoritairement bleu, là on a un Sénat plus qu’orange… rien de neuf ou on fait du neuf avec du vieux. Le Sénat sous Rajaonarimampianina était budgétivore à ce qu’il paraît. Voilà les nouveaux sénateurs qui, dans leur projet de règlement intérieur, veulent 20, 30 assistants parlementaires ! Il faut bien pouvoir caser tout le monde, tous les copains coquins, à moins qu’ils ne fassent pas partie des fameux ” cerveaux ” et qu’ils aient besoin d’immense assistance pour faire leur travail. Quand on pense que le budget affecté au Sénat dans sa composition actuelle est plus important que celui affecté à l’ancien Sénat alors que le nombre des sénateurs est réduit et qu’en plus, ils cherchent plus d’assistants parlementaires, on en déduit qu’une seule seconde de lucidité et d’objectivité suffit pour se rendre compte qu’il y a eu beaucoup de ” pipeau” et qu’il y en aura encore beaucoup. Après, tout dépend de chacun, il y a ceux qui excellent dans l’art du mensonge, ceux qui y trouvent leur compte et ceux qui se disent que la chute sera dure, car rien ne dure jamais. En attendant, on aura un Sénat monochrome qui dépensera beaucoup d’argent et peut-être quand même des universités coquilles vides, car sans enseignants. Ce n’est pas avec cela que le pays aura son ” émergence “… si ce n’est l’émergence  de tous les copains dans toutes les institutions.

La Rédaction

Lire aussi