La Gazette de la grande ile

Edito : Autres priorités pour la nouvelle législature

Publié le 26 janvier 2021

Les enquêtes parlementaires sur lesquelles se sont focalisés les anciens sénateurs semblent être minorées par les actuels membres de la Chambre Haute. C’est ce que le nouveau président du Sénat, Herimanana Razafimahefa a exprimé  hier lors de son discours au cours de la cérémonie de passation de pouvoir au palais de verre d’Anosikely. Il a ainsi affirmé que la priorité pour la nouvelle législature, « ce ne sont pas les enquêtes parlementaires », ce serait plutôt « de descendre plus près de la population ».

Une affirmation qui écarte les enquêtes parlementaires effectuées par les sénateurs issus de la précédente législature à la veille de l’échéance de leur mandat. Ces derniers temps, ils ont remis les rapports desdites enquêtes aux différentes entités telles que la société civile, les partis de l’opposition et en particulier à l’ancien président Marc Ravalomanana, lequel dirige actuellement la plateforme de l’opposition. Les nouveaux membres du Sénat vont alors maintenir le contrôle des actions du gouvernement, lesquelles portent sur les affaires courantes au niveau des collectivités décentralisées ainsi que sur les affaires internationales. Un programme relatif à la première vocation de cette Institution, celle de représenter les régions. En plus de ses fonctions législatives et de contrôle, le Sénat a également un rôle d’organe consultatif pour le gouvernement sur les questions économiques, sociales et d’organisation territoriale.

A rappeler que les enquêtes parlementaires réalisées par ces sénateurs dont les fondements sont remis en cause portent sur la gestion de la Covid-19, l’importation d’armements de guerre, la liste électorale durant les précédentes élections ainsi que l’évasion à la prison de Farafangana. Elles soulignent ainsi un manque de transparence au niveau de l’administration, ce qui devrait remonter jusqu’au précédent régime où les anomalies de toutes sortes ont régné sur tout le territoire national. Les rapports sur ces enquêtes parlementaires vont alors tomber d’eux-mêmes, cette nouvelle législature s’occupera d’autres sujets beaucoup plus importants.

Mampionona

Lire aussi