La Gazette de la grande ile

Trafic de ressources naturelles : les 73,5 kilos d’or ne sont qu’une façade

Publié le 17 février 2021

Le Syndicat des employés de la Douane (Sempidou) est sorti de son silence. Face aux nombreux trafics de ressources naturelles, notamment les 73,5 kilos d’or récemment interceptés, le Sempidou a fait une déclaration hier en son siège à Antanimena.  Le syndicat ne s’est pas concentré sur les 73 kilos d’or, mais a dénoncé plusieurs problèmes plus globaux, facilitant les trafics et favorisant certains individus dans les procédures d’exportation ou de sortie du territoire.

Selon le président de ce syndicat, des hommes politiques, élus ou désignés, font pression sur les employés de la douane et les forcent à exécuter des ordres sous la menace. D’après lui, les employés de la douane se retrouvent pieds et poings liés et servent de cobaye. Malgré la fermeture de nos frontières, les employés de la douane remarquent des vols commerciaux qui ne sont pas censés faire partie des exceptions que sont les cargos, les évacuations sanitaires et les rapatriements. Ils détiennent le nom du propriétaire de ces vols et ils sont prêts à le divulguer. L’existence de ces vols illicites qui font un va-et-vient librement crée des soupçons. On ne sait pas ce qu’ils transportent. Le fameux «vous ne me connaissez pas ? je suis proche de telle ou telle personne » pour pouvoir enfreindre la loi librement, est toujours utilisée par des hommes proches de nos dirigeants.

De ce fait, le Sempidou demande à la Pôle Anti-Corruption d’approfondir son enquête afin d’éviter à des innocents de payer le prix à la place des trafiquants et surtout de ferrer les « gros poissons ». Le Sempidou demande également aux politiciens d’arrêter de faire des employés de la douane leur bouc-émissaire et aux proches des autorités qui ont l’habitude d’abuser de leur pouvoir d’arrêter également leurs agissements. Pour terminer, ils demandent que la loi soit appliquée à tout le monde. Si les frontières sont fermées, qu’il en soit ainsi. Personne ne devrait avoir le droit de continuer à exporter ou à circuler librement. Si ces demandes ne sont pas acceptées et suivies, le Sempidou donne un ultimatum et commencera à divulguer les noms de ceux qui abusent de leur pouvoir ou du pouvoir de leurs proches.

L’existence de ces vols commerciaux et autres vols personnels sortant de Madagascar signifie que le trafic de nos ressources naturelles est légal, et destiné à une poignée de privilégiés. La douane ne peut pas vérifier ce qu’il y a dans ces avions à cause des éventuelles relations que pourraient avoir les propriétaires de ces appareils. Les 73,5 kilos d’or interceptés en Afrique ne sont qu’une façade et une sorte de trompe-l’œil pour attirer l’attention de la population malgache et du monde entier, pendant que d’autres trafics se trament à l’insu de tous. A quoi servirait la douane malgache si les employés même affirment qu’ils travaillent sous la menace et voient de leurs propres yeux des irrégularités qu’ils ne peuvent même pas intercepter ? Affaire à suivre…

  1. B

Lire aussi