La Gazette de la grande ile

L’intime conviction et connivence : Pains quotidiens de l’avocat ?              

Publié le 27 février 2021

Encore une fois, un Vazaha hors la loi, qui se prend pour Robin des bois. L’individu se croit encore en période coloniale comme ses semblables à propos des Iles Eparses et la gestion de Ravinala Airports. Ce lundi 22 février, comme le montre cette photo, un individu qui fait la terreur dans le quartier d’Ambodivoanjo est arrivé avec plusieurs personnes pour clôturer une servitude de passage pour les piétons, mais aussi l’accès d’un immeuble en cours de construction. Soi-disant, il est le propriétaire de la servitude qui jonche la route. A ce jour, il ne possède aucun document attestant que ce petit lopin de terre qui sert de servitude lui appartient.

L’immeuble en question a eu le permis de construire délivré par la Mairie d’Antananarivo. Si ce terrain était à lui, la mairie n’aurait jamais délivré le permis. Ce qui prouve la mauvaise foi de l’individu malintentionné.

Plus d’une personne dans le quartier d’Ambodivoanjo a eu des mauvaises surprises avec cet énergumène qui se prend pour un ZORRO sans loi ni foi. Il n’a aucune autorisation, ni de la justice, ni de la commune, pour bloquer l’accès d’un immeuble, mais aussi empêcher les piétons de passer.

Espérons que les autorités vont agir pour rétablir la servitude et que la justice fera son travail, car une plainte a été déposée contre cet individu. Sauf si par le jeu de la  connivence (inavouable mais fréquent dans la profession) l’intime  conviction  laisse  faire au  détriment du droit des justiciables souvent sans défense face à la  raison du plus  familier aux palais  de Justice.

N. Razafilahy

 

Lire aussi