La Gazette de la grande ile

Lutte contre la pauvreté : Route encore longue et semée d’embûches !

Publié le 27 février 2021

La route est encore longue pour Madagascar en termes de lutte contre la pauvreté et nul ne peut dire le contraire. Par ailleurs, la pauvreté y est reflétée à tous les niveaux. Il n’y a qu’à voir la recrudescence des commerces de rue et l’augmentation du nombre des sans-abris pour en avoir la preuve. Le commerce de rue est même devenu un moyen de survie pour un grand nombre des Malgaches. Tous les dirigeants passés au niveau de la commune ont tenté de lutter contre ce genre d’activité, mais c’est peine perdue surtout que l’emploi se fait de plus en plus rare et les créations sont assez minimes vu que l’entrepreneuriat n’a pas encore sa place. Il est clair que la Grande Ile n’est pas prête d’arriver au bout du chemin en ce qui concerne la lutte contre la pauvreté surtout avec les politiciens qui au lieu de se prêter main forte pour le bien de la nation préfèrent se faire la guerre. Eh oui, les conflits politiques n’en finissent pas. Il faut dire qu’ils ne font que se chercher noise à la moindre occasion qu’on croirait voir des gamins. Et dire que le pays est déjà plongé dans une situation de pauvreté totale, mais cela ne semble pas faire réfléchir les politiciens avec leur gaminerie. La route vers le développement est encore longue, mais Madagascar au lieu d’aller de l’avant effectue une marche arrière. Il faut dire que la bonne gouvernance ne s’est jamais montrée au rendez-vous à chaque régime en place, même si on y a souvent fait allusion. Osons le dire clairement, Madagascar n’est pas prêt de sortir de la pauvreté dans laquelle il patauge car la situation dans laquelle il vit ne fait que monter d’un cran. Il pourrait même finir par se noyer dedans si les politiciens ne changent pas de comportement avec leur manipulation politique visant leur propre avantage quitte à mettre le pays sur la paille. Doit-on rappeler que la Grande Ile figure parmi les pays les plus pauvres du monde alors qu’en termes de richesses naturelles, elle figure parmi les plus riches ? Cela met en évidence que le mode de gouvernance à Madagascar doit absolument changer. Au lieu de miser sans cesse sur les aides étrangères, pourquoi ne pas valoriser les richesses à notre disposition. Bien évidemment, cela n’est guère possible tant que la corruption continue de régner de la sorte car il n’y a pas de valorisation qui tienne tant que les richesses se dilapident de manière illicite. En bref, la route qui mène vers l’émergence n’est pas seulement longue, mais aussi semée d’embûches.

Jean Riana

Lire aussi