La Gazette de la grande ile

Affaire des 73,5 kg d’or : Le ministère des Mines et des Ressources Stratégiques perplexe

Publié le 04 mars 2021

L’affaire de l’exploitation illicite des 73,5 kg d’or a mis à mal la réputation de Madagascar qui fait parler de lui par la corruption élevée prévalant dans le pays. Cette affaire a beau faire couler bien d’encre, elle laisse perplexe le ministère des mines et des ressources stratégiques qui ne semble prendre aucune mesure stricte pour que les trafics de ressources minières s’atténuent. Il semble bien que les trafics d’or et autres continuent de plus belle, certes ils ne sont pas aussi conséquents que celui des 73,5 kg d’or, mais n’empêche que le trafic se poursuit sans que les responsables, notamment le ministre Fidiniavo Ravokatra, ne lève le petit doigt.

On peut même dire que cela lui importe peu. Face à une telle situation, les richesses naturelles du pays risquent de se dilapider de manière illicite. Il faut dire que le laisser-aller qui règne dans le pays est tel que les trafiquants en profitent au maximum. Si 73,5 kg d’or arrivent à quitter le pays sans problème, tout porte à croire que les quantités inférieures à cela passent totalement inaperçues. Il est plus qu’évident qu’on doit penser à renforcer la lutte contre les exportations illicites des ressources du pays.

Le comportement des responsables laisse apparaître qu’ils semblent se foutre de la situation, car après les 73,5 kg d’or, bon nombre de trafics illicites ont été décelés dans le pays. Il faut dire qu’à Madagascar, nombreux sont ceux qui veulent s’enrichir rapidement, notamment dans le domaine de l’illicite. C’est à se demander qui procure aux trafiquants les papiers  et autorisations diverses qu’ils utilisent pour  faire passer leurs cargaisons ? Eh oui, les trafiquants arrivent à se procurer divers papiers comme ça a été le cas avec les 73,5 kg d’or. Pour que les trafics cessent, les responsables doivent puiser au fin fond des choses et non faire comme si de rien n’était comme c’est le cas à l’heure actuelle.

Jean Riana

Lire aussi