La Gazette de la grande ile

Covid-19 : Des médecins cachent des cas

Publié le 31 mars 2021

Officiellement, la Covid-19 contamine actuellement plus de 280 personnes par jour. Le nombre de décès ne cesse d’augmenter et les cas graves pullulent dans les hôpitaux. Si on se fie aux chiffres officiels, le début de la 2ème vague est plus dévastateur que le pic de la première vague. Si ces chiffres ne cessent d’augmenter, le pic de la 2ème vague sera inimaginable. Pourtant, ces chiffres officiels ne sont que de façade. En dehors de ces gens confirmés officiellement, beaucoup d’autres portent la maladie et certains d’entre eux meurent sans être confirmés positifs.

Les personnes confirmées positives à la Covid-19 sont celles qui ont fait le test auprès des centres de dépistage. La majorité d’entre elles présentent des symptômes spécifiques de la maladie. Cependant, d’autres personnes présentant les même symptômes préfèrent soit rester à la maison, soit consulter leur médecin habituel. Devant les cabinets de médecin des quartiers, les patients font la queue. Du côté d’Ambodivona, un célèbre cabinet près de la station Galana reçoit plus d’une centaine de patients par jour depuis la prise de parole du président de la république le samedi  20 mars dernier. D’après un des aides-soignants travaillant dans ce cabinet, « la majorité de ces patients présentent les symptômes de la Covid-19. Il y en a qui ceux ont l’anosmie (perte de l’odorat), d’autres ont une toux sèche et de la fièvre, d’autres ont des problèmes de respiration, d’autres ont de la fatigue et des courbatures et tous ont de la fièvre. Le médecin leur donne de l’Azithromycine et de l’ hydroxychloroquine avec des fortifiants, de la  vitamine et de l’antitussif. Il leur conseille de prendre du CVO+ en parallèle avec ses médicaments. Le médecin n’appelle les centres spécialisés qu’en cas de cas très grave ». Cet aide-soignant affirme qu’il a déjà contracté la Covid-19, mais a été remis après 3 semaines de symptômes.

Du côté des 67ha, un très célèbre cabinet reçoit plus de 300 patients par jour depuis le samedi 20 mars. L’aide-soignant de ce cabinet distribue les numéros dès 4h du matin. Les consultations commencent à 5h30 et se terminent aux environs de 23h tous les jours. Les queues devant ce cabinet s’étendent jusqu’à environ une centaine de mètres aux alentours. La majorité des patients, d’après toujours un aide-soignant, « présentent les symptômes de la Covid-19. ». Le médecin les reçoit environ une minute chacun et ils partent tous avec du paracétamol, de l’antitussif, de l’antibiotique et une formule  composée de multi-vitamines et autres oligoéléments du nom de « Proto-Sport ». Dans ce cabinet, le prix de la consultation avec les médicaments varie entre 10.000 et 15.000ar selon les symptômes et leur gravité. Cette fourchette de prix est la plus basse qu’un citoyen lambda puisse trouver pour se soigner auprès d’un médecin indépendant.

Beaucoup de médecins de la capitale diagnostiquent des patients atteints de la Covid-19 tous les jours, mais cachent ces cas pour plusieurs raisons. D’abord, s’ils déclarent ces cas, ils perdent des clients.  En effet, un patient malade se fait généralement contrôler  3 fois avant sa guérison. Si le prix de la consultation et d’un contrôle varie entre 5000 et 10.000ar, le médecin peut perdre entre 15.000 et 30.000ar par patient s’il déclare son cas. En considérant qu’il diagnostique environ 50 cas de Covid-19 par jour, il peut perdre entre 750.000ar à 1.500.000ar. Ensuite, les personnes porteuses du Coronavirus ne veulent pas se faire hospitaliser pour des raisons personnelles. Il est à noter que les personnes qui consultent ces cabinets de quartier indépendant se situent dans la classe moyenne, travaillent dans le secteur informel et gagnent des salaires journaliers. Ils cachent leur cas pour éviter de passer un séjour à l’hôpital et compromettre leur travail. Aussi, ils sont responsables de la survie de toute une famille. Les médecins cachent des cas de Covid-19 parce que cela leur rend service ainsi qu’à leurs patients.

Toutefois, ces cas cachés continuent de se balader et de propager le virus à leur voisinage. Les 192 quartiers de la Capitale possèdent tous au moins un cabinet indépendant qui diagnostique environ 50 cas de Covid-19 par jour. Si officiellement les chiffres disent que plus de 250 cas sont confirmés par jour, officieusement, cela dépasse les milliers.

T.B

Lire aussi