La Gazette de la grande ile

Covid-19 : la population en attente des nouvelles mesures

Publié le 03 avril 2021

Des mesures s’imposent face à la progression du coronavirus à Madagascar qui comme on le sait est assez dévastatrice. Il faut dire que les décès qui s’accumulent au quotidien et le taux de létalité empire de jour en jour. En l’espace de 72 heures, on a enregistré 41 décès, après les 15 décès successifs du 30 et 31 mars 2021, on a enregistré 11 décès du coronavirus, le 1 avril 2021 dont cinq à Analamanga, un dans l’Atsinanana, trois dans le Boeny, un dans l’Analanjirofo et un dans le Sofia, selon les données officielles transmises par la lutte anticovid hier. Il ne faut pas oublier aussi qu’on ne compte pas moins de 444 décès du coronavirus depuis le début de la pandémie à Madagascar.

En plus des cas de décès, il y a eu 272 nouveaux cas confirmés sur 869 tests effectués, ce qui représente un taux de létalité de 31,30%.  Pourtant, la situation est encore prise à la légère non seulement par les dirigeants qui ne prennent pas des mesures y afférentes, mais aussi par la population qui ne semble pas vouloir s’en tenir aux consignes données vu que le respect des gestes-barrière laisse totalement à désirer au niveau de la société alors que le pays fait face à une deuxième vague plus meurtrière.

En tout cas, ce qui est sûr c’est que tout le monde est en attente des nouvelles mesures qui seront annoncées par le Président de la République, Andry Rajoelina à la Nation ce jour. Celui-ci a déjà annoncé lors de sa dernière intervention télévisée que l’Etat allait prendre des mesures en fonction de l’évolution de la situation. Un grand nombre de la population malgache se demande donc si la Grande Ile va de nouveau entrer en confinement ou si la situation va continuer ainsi. Ce qui est sûr c’est que le retour en confinement n’est pas du tout bon pour l’économie du pays et on a déjà fait le constat durant la première vague de l’année dernière.

Le confinement reste la meilleure solution pour endiguer au mieux la propagation de la Covid-19, mais on sait pourtant que le régime actuel raisonne sur le plan économique et non sur le plan humain. La ministre de la communication et de la culture, Lalatiana Rakotondrazafy, par rapport à la fermeture de nos frontières pour éviter que le coronavirus n’atteigne notre pays, a dit que « cela n’était pas bon pour l’économie du pays ». C’est seulement après que la pandémie ait infiltré le pays que les dirigeants ont daigné prendre la décision de fermer les frontières malgaches, mais trop tard. Résultat, la Grande Ile comme bien d’autres pays fait face à une lutte acharnée contre une ennemie invisible et redoutable.

Jean Riana

Lire aussi