La Gazette de la grande ile

Il y a un an, le CVO show

Publié le 30 avril 2021

Il y a un an, le 20 avril 2020, le Président de la République et sa femme,  ainsi que les membres du gouvernement, trinquaient au tambavy CVO. Il y a un an, les dirigeants ont cru à la prophétie de Joanna qui a survolé le pays à bord d’un jet privé et a tracé une croix. Il y a un an, Madagascar a envoyé des doses de CVO préventif et curatif dans différents pays d’Afrique. Il y a un an, le Président de la République a incité les malgaches a planté de l’artemisia car cela rapportera plus d’argent que le riz. Il y a un an, les élèves étaient obligés de boire du CVO avant de retourner à l’école.

Il y a un an, le secteur économique tirait la sonnette d’alarme. Il y a un an, l’arrogance était le maître mot de ce régime.

Un an après, l’arrogance est toujours là. Un an après,  l’Etat a fini par admettre qu’il n’y a pas que le tambavy CVO qui est superbement snobé par tous ces pays cités par le Président de la République lors de son lancement. Les États Unis, le Canada, l’Europe entre autre se sont lancés dans la recherche de vaccin, le CVO ne les intéressait pas du tout malgré la déclaration du Président que Madagascar allait sauver le monde. Un an après et sur le tard, l’Etat malgache s’est inscrit dans l’initiative covax. Un an après c’est le privé,  par le biais de la fondation Akbaraly qui “sauve” l’Etat! C’est le privé qui réunit les représentants de l’exécutif.  C’est le privé que la population remercie. L’Etat a besoin de faire appel au privé pour commander les vaccins, ce qui suppose que l’Etat n’a pas d’argent pour assurer seul son rôle dans la lutte contre le coronavirus, à savoir protéger la population, assurer le droit à la santé de la population.

Un an après,  Madagascar n’a pas sauvé le monde avec le tambavy CVO. Un an après, tous ces pays à qui Madagascar a fait don de CVO n’en ont pas recommandé et ils n’ont pas forcément le variant sud africain chez eux.  Un an après, dans ses petits souliers car appelés à une réunion organisée par le privé,  le ministre de la santé publique parle de vaccins qui arrivent bientôt…grâce au privé,  mais cela il ne le dit pas, ça lui coûte trop de dire les choses ainsi clairement.

En conclusion,  au lieu de gérer la pandémie l’année dernière le régime a fait du spectacle,  des shows, de beaucoup de prétention.

En conclusion,  ce régime ne sait pas ce qu’est gouverner… gouverner c’est prévoir et tant que la pandémie mondiale ne s’est pas tassée, le Président de la République ne pouvait pas prétendre dire que “Madagascar a maîtrisé la situation”.

En conclusion,  un an après ces shows,  ce régime n’a toujours pas compris que Madagascar n’est pas une scène sur laquelle on fait un show, on fait du spectacle permanent. Les nouvelles technologies conservent toutes ces inepties, ces vidéos ressortiront même dans 20 ans, dans 30 ans ;  l’histoire jugera et les progénitures de ceux qui sont là auront du mal à soutenir les regards de leurs compatriotes où qu’ils puissent se trouver.

Qu’on ne nous dise pas que ce n’est plus le temps des reproches… quand on dirige un pays on ne navigue pas à vue, quand on dirige un pays on est responsable, quand on a entre les mains tout l’appareil étatique on n’a pas droit à l’erreur.  Les dirigeants sont payés pour diriger et non faire du spectacle ou s’enrichir,  les dirigeants sont payés  -et grassement payés en plus dans un pays pauvre – pour gérer,  administrer et prévoir,  les dirigeants sont payés pour être à la hauteur de leur “prétention” de diriger le pays et en ce moment le pays est dirigé que par des “Orange” avec un résultat catastrophique non pas à cause du coronavirus mais à cause d’une incompétence avérée depuis l’année dernière dans la gestion du coronavirus. Ce régime a excellé et excelle dans le “werawera”, le ” bling bling”.

La Gazette

Lire aussi