La Gazette de la grande ile

Et ils ont cru en Johanna et croiront à d’autres prophéties

Publié le 11 mai 2021

La Une de la Gazette de la Grande Ile en date du 20 avril 2020 intitulée “La prophétie de la Brésilienne Gimme hope Johanna…” a attiré l’attention sur le fait que si Andry Rajoelina croie en une prophétie de Johanna, lui en tant que catholique et simple citoyen, ça n’aurait pas interpellé ; mais que lui, chef d’un Etat laic et républicain, en pleine crise sanitaire mondiale, puisse croire en cette prophétie, ça a laissé la rédactionde La Gazette de l’époque, ahurie. Aujourd’hui,  grâce à une vraie journaliste d’investigation, Gaelle Borgia qui est remontée à la source au Brésil, nous pouvons mettre un visage sur cette “prophétesse” brésilienne qui a eu droit à un petit film reconstituant son “voyage” à Madagascar, film que le Président de la République a soutenu et utilisé pour justifier sa fameuse phrase “Madagascar va sauver le monde, va changer le cours de l’histoire” ou ” les yeux du monde sont rivés sur Madagascar”. Le reportage de Gaelle Borgia interpelle une fois de plus. En pleine crise sanitaire mondiale, le Président de la République a rapidement fait le lien entre la lettre de la fondatrice de la maison de l’artemisia à Paris, envoyée à une dizaine de pays africains pour pratiquer des essais cliniques sur la base de l’artemisia, plante qui “pourrait être utile contre le virus” et le voyage de Johanna à Madagascar en novembre 2019. En pleine crise sanitaire mondiale, entre la lettre de la maison de l’artemisia du 24 mars 2020, le pseudo reportage sur Johanna et le lancement du tambavy CVO le 20 avril 2020, on est heureux de mettre un visage sur celle en qui le régime a cru ; on est encore ahuri de penser que des dirigeants à la tête d’un pays, de notre pays aient pu croire les yeux fermés en ce qu’a dit une prophétesse brésilienne, de faire des liens qui n’ont pas lieu d’être entre une lettre adressée à plusieurs pays et les élucubrations de Johanna ; on demeure pantois qu’à ce niveau là de responsabilité et face à une pandémie mondiale qui divise les chercheurs, on ait pu prétendre dire qu’on a trouvé le remède préventif et curatif ; et on reste sans voix quand dans le reportage de Gaelle Borgia, la directrice de la communication de la présidence accorde autant d’importance à une prophétesse brésilienne en lui écrivant que sa prophétie est en train de se réaliser. C’est de pandémie dont il s’agit, c’est d’Etat dont il s’agit. Maintenant que Johanna a déclaré qu’il faut boire tout le temps du CVO, elle même n’y a pas goûté, car les autorités sanitaires au Brésil ont renvoyé le colis destiné à Johanna à l’expéditeur, probablement que ses visions à elle, n’ont pas vu venir cela ; maintenant que Johanna a déclaré que la majorité des Malgaches sont analphabètes et n’ont pas compris qu’il fallait boire à gogo du CVO, faudrait-il alors revoir la stratégie CVO, on ne sait jamais? Ou, toute honte bue, reconnaître que toute cette histoire autour de la prophétie de Johanna comme une base de la stratégie de lutte contre le coronavirus ayant emmené les dirigeants à imposer il eut un temps le tambavy CVO aux élèves,  à déclarer que Madagascar a vaincu le coronavirus, à s’inscrire sur le tard à l’initiative covax, n’est que vaudeville? On parle de santé publique, on parle de pandémie, on parle de gestion de crise sanitaire et on parle de gestion d’un Etat ! Encore Gimme hope Johanna ? Ou nos dirigeants ne chercheront plus trop loin, puisqu’à Madagascar, il y a aussi des “prophètes” et ils sont nombreux? Ou pragmatiques et raisonnables, nos dirigeants ont fini par admettre qu’il s’agit d’une question de santé,  de maladie et que Madagascar regorge de médecins et d’éminents Professeurs et qu’il faut arrêter de vouloir absolument parler de choses dont on ignore tout, si ce n’est à lire ce qu’il y a sur internet tel que le conseille la ministre de la communication qui parle même de vaccin plus que les professeurs en médecine.

La Rédaction

Lire aussi