La Gazette de la grande ile

Edito : Rien que du vent !

Publié le 17 juin 2021

Le Président de la République, Andry Rajoelina est arrivé au pouvoir grâce au projet IEM (Initiative pour l’Emergence de Madagascar) qu’il a présenté au peuple malgache afin de le séduire. Tant de promesses ont été émises par ce dernier afin de récolter le plus de votes possibles. Sa tactique a fonctionné puisqu’il a été propulsé au pouvoir. Tout cela s’avère être du vent car le régime en est actuellement à la moitié de son mandat et aucune réalisation des promesses n’est palpable. C’est plutôt, l’inverse qu’on constate car au lieu d’une émergence, la population malgache a droit à une régression flagrante.

Le problème est qu’une fois au pouvoir, le Président Andry Rajoelina s’est entouré d’une équipe dont les membres sont tout aussi incompétents les uns que les autres dont la ministre de la communication et de la culture, Lalatiana Rakotondrazafy, le ministre des transports du tourisme et de la météorologie, Joël Randriamandranto qui s’avèrent être les premiers responsables de l’arrivée du Covid-19 à Madagascar… Le régime actuel est conscient qu’il est incapable de réaliser les promesses émises lors des campagnes électorales des élections présidentielles de 2018. C’est pourquoi, il se la joue à la tendance « werawera » afin d’attirer l’attention sur les infrastructures vides construites ici et là (EPP, hopitaux) dites « manara-penitra » ou dans les normes et ainsi faire croire que le travail est en bonne voie. Seulement, la réalité est tout autre. Il n’y a qu’à voir la misère qui prend place dans la vie des Malgaches pour s’en rendre compte.

L’amélioration des conditions de vie vient de paire avec l’émergence. Ce n’est pourtant pas ce qu’on voit à Madagascar où la pauvreté de la population malgache ne fait que s’accentuer de jour en jour. La situation de précarité qui gagne du terrain dépasse la compétence des dirigeants qui au lieu d’essayer de les résoudre, font place au bling bling pour détourner l’attention. Le Président Andry Rajoelina s’amuse à diaboliser les dirigeants d’avant en disant qu’il va essayer de rattraper les retards qui se sont accumulés depuis plus de 50 ans, c’est-à-dire sous les différents régimes qui se sont succédé. Toutefois, son mode de gouvernance et sa stratégie ne s’avèrent pas mieux que les autres. D’autant plus qu’il mise sur les mêmes principes que les autres avant lui. Autrement dit, miser sur la technique de mendicité et attendre que des mains se tendent pour pouvoir faire quelque chose.

A quoi bon critiquer ceux d’avant, si c’est pour adopter la même stratégie. Le Président Andry Rajoelina lui-même a spécifié que la Grande Ile n’arrivera à rien tant qu’on comptera toujours sur les aides internationales. Pourtant c’est sous son régime qu’on a le plus recours aux aides étrangères non seulement en vue de la lutte contre la pandémie de Covid-19, mais aussi la lutte contre le kéré dans le Sud et bien d’autres encore. Vu la stratégie utilisée par ce régime, la réalisation de l’émergence va engendrer des dettes qu’il faut penser à rembourser un jour ou l’autre.

Jean Riana

 

Lire aussi