La Gazette de la grande ile

Abus de confiance et de pouvoir : un « Karana » s’approprie illégalement 3888m2 de terrain

Publié le 24 juin 2021

La construction d’un immeuble de bureau par l’entreprise Colas sur un terrain de 3888 mètre carré sis à Andranobevava Antananarivo est en cours actuellement et fait l’objet d’un litige foncier.

La construction est au nom de l’entreprise Immopack, appartenant à un certain Mohib Pirbay, plus connu comme CEO de Blueline. Légalement, ce terrain appartient à la famille de Randriarizafy Alain Serge. L’historique d’appropriation de ce terrain par ce Mohib Pirbay est le résultat d’un abus de confiance et d’un abus de pouvoir à tous les étages.

Au début, les propriétaires et Mohib Pirbay se sont mis d’accord sur le prix total de ce terrain à 1.200.000.000 d’ariary. Le Karana a payé 100.000.000 d’ariary comme avance et a également réglé des arriérés de 100.000.000 d’ariary. Ensuite, le Karana promis aux propriétaires de payer 10.000.000 d’ariary par mois afin de régler le reste du paiement. Il a tenu parole sur 5 mois, puis a arrêté de payer.  En même temps, il a engagé une entreprise pour clôturer le terrain. Pendant la procédure de vente, il a donné sa parole aux propriétaires du terrain en leur rassurant qu’un contrat seing privée n’était pas nécessaire. En dehors de Mohib Pirbay, le notaire Razanadrakoto Rija Nirina a également rassuré et conseillé les propriétaires en leur disant que cet acheteur était digne de confiance. Toutes ces belles paroles pour éviter de faire un contrat écrit. Finalement, Mohib Pirbay a réussi à muter le terrain à son nom en toute discrétion.

Face à cet abus de confiance, la famille propriétaire du terrain à portél’affaire en justice, mais a perdu 2 fois. Actuellement, le dossier sur ce terrain est en cassation au tribunal et les propriétaires ont obtenu une pré-notation. Pourtant, la construction se poursuit sur ledit terrain.

La façon dont ce Mohib Pirbay a réussi à faire la mutation en douce de ce terrain relève d’un tour de passe-passe inexplicable. En ce moment, les propriétaires sont désemparés. Le 4 juin 2020, ils ont envoyé une doléance au président de la république, mais sans aucune réponse. Le Bianco a également refusé  de traiter ce dossier. A tous les étages, aucune autorité ne semble essayer d’éviter de traiter ce dossier. Pendant que la construction de Mohib Pirbay se poursuit, la vie de Randriarizafy Alain Serge est en train de s’écrouler. Depuis cette affaire, son père est cloué au lit suite à une maladie de cœur. Tout ça pour avoir fait confiance aux paroles d’un Karana.

Recueillis par T. B

Lire aussi