La Gazette de la grande ile

Grâce présidentielle : la solution de fortune à la surpopulation carcérale

Publié le 29 juin 2021

L’octroi de la grâce présidentielle par le chef de l’Etat à l’occasion du nouvel an ou de la fête de l’indépendance tend à devenir monnaie courante. Pour cette année, 10.840 détenus ayant déjà fait l’objet de condamnation définitive vont bénéficier de la grâce présidentielle et d’une remise de peine. Un nombre tout de même important, puisque ce nombre représente plus de 82% du nombre total des détenus ayant déjà fait l’objet de condamnation au niveau des prisons malgaches. Ces derniers comptent environ 13.158 condamnés en ce moment.

La grâce octroyée par le Président de la république à l’occasion de la fête nationale permettra certainement d’alléger le nombre des détenus qui purgent encore leurs peines. Une bonne  nouvelle puisque 2.747 d’entre eux pourront tout de suite recouvrer la liberté. Que ce soit pour les défenseurs des droits de l’homme ou encore pour les agents de l’administration pénitentiaire, cette mesure tendant à désengorger les prisons malgaches présente un réel avantage. Pourtant, c’est loin d’être suffisant et sa portée demeure limitée. Pour cause, ce ne sont pas uniquement les condamnés qui engendrent la surpopulation carcérale à Madagascar.

Le nombre de personnes n’ayant pas encore fait l’objet de condamnation définitive s’avère également  important au niveau des prisons malgaches. Le nombre des détenus provisoires, objet de placement sous mandat de dépôt équivaut à un peu moins de la moitié du nombre total des détenus dans les prisons malgaches d’après les derniers chiffres du ministère de la justice. Ces derniers ne seront pourtant pas concernés par la grâce présidentielle, ni par la remise de peine. La grâce présidentielle ne profite qu’aux détenus déjà condamnés de manière définitive.

A remarquer pourtant que c’est surtout le cas de ces détenus provisoires qui pose problème en ce moment. En raison de la lenteur du règlement des affaires au niveau des juridictions malgaches, assorties de la tendance au mandat de dépôt systématique, la grâce présidentielle n’aura qu’une portée limitée pour remédier à la surpopulation carcérale. Une véritable réforme de la politique pénale s’avère ainsi nécessaire pour solutionner le problème. La multiplication des nouvelles infrastructures carcérales est également nécessaire.

Ranaivo

Lire aussi