La Gazette de la grande ile

les images dans les mots : Chacun a sa priorité !

Publié le 30 juin 2021

Nous sommes toujours en état d’urgence, mais chacun a son urgence, chacun a sa priorité. L’urgence, littéralement, est une chose à laquelle on doit faire face dans l’immédiat. C’est le cas de l’urgence sanitaire due à la pandémie de Covid-19 actuellement, c’est une priorité. Cette maladie a fait plus de 900 morts à Madagascar jusqu’à maintenant. On devait prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter la propagation de la maladie, c’est également une priorité. L’économie souffre, le secteur touristique souffre, c’est une priorité. Ce sont tous des problèmes auxquels on doit faire face. Dans le pays, chacun a sa priorité, les dirigeants autant que les opposants. Mais le peuple a également la sienne. Les questions qu’on se pose sont : que doit-on résoudre en premier ? Qu’est-ce qui est plus urgent ? Côté dirigeants, leurs projets de développement sont urgents, la construction de diverses infrastructures pour donner une image positive du pays est une priorité. Les clans politiques priorisent leurs avantages politiques en usant de tous les pouvoirs dont ils disposent. Ceux qui n’ont pas le pouvoir essaient de faire ce qu’ils peuvent pour acquérir ces avantages. Le député Jean Brunel a avancé le projet de loi sur l’opposition, qui a été voté à l’Assemblée Nationale et au Sénat, mais est-ce une priorité pour sa circonscription d’Ikongo. Pour Marc Ravalomanana et ses compagnons de la RMDM, la priorité c’est de gagner la confiance du peuple en faisant des descentes dans les rues publiques et les marchés. Pour Otrik’afo, la priorité c’est de récupérer les îles éparses.  Pour le peuple, c’est de trouver à manger au jour le jour. La pauvreté est la priorité commune à laquelle nous devons faire face. C’est devenu une politique internationale mais jusque-là, il n’y a pas de résultats concrets. A cause de la Covid-19, la population s’appauvrit et il y a des nouveaux pauvres. Le fossé entre les riches et les pauvres s’approfondit. La France et la Russie ont organisé un sommet pour l’Afrique et Madagascar n’y a pas été invité. Notre pauvreté n’est plus une priorité pour ces grands pays. Nous n’avons pas de vraies politiques pour faire face à ces différentes urgences dans le pays. Le peuple ne voit pas plus loin que ce qu’il y a autour de sa marmite. La vie journalière est devenue une priorité pour ce peuple désespéré. Toutes les priorités du pays qui constituent les vrais fonds du problème sont oubliées : l’éducation, l’agriculture victime du changement climatique, les activités économiques qui ont dû cesser à cause de la pandémie, l’insécurité et surtout la division.

Riri

Lire aussi