La Gazette de la grande ile

Concours d’entrée à l’Enmg : La transparence remise en question

Publié le 02 juillet 2021

Le concours d’entrée à l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes (Enmg) qui aura lieu du 24 au 27 août prochains, ne sera plus reporté. Le ministère de la Justice vient de publier l’arrêté fixant la liste des candidats autorisés à y participer. Il s’avère que la magistrature attire actuellement les jeunes juristes de formation vu que l’école a reçu près de 3 500 candidatures pour le recrutement de 80 élèves magistrats dont 20 de l’ordre administratif, 20 de l’ordre financier et 40 de l’ordre judiciaire.

Comme à l’accoutumée, l’annonce sur la transparence de ce concours administratif n’a été oubliée par les différentes autorités responsables, y compris le Directeur Général de l’école, Anthony Ramarolahihaingonirainy. Ce dernier n’a cessé de marteler depuis quelques mois qu’aucune corruption ne serait admise dans le cadre du concours et que seuls les meilleurs seront recrutés. Une affirmation qui tend à rassurer tout le monde, surtout les candidats. Ce qui est peu convaincant si on tient compte de l’annulation du dernier concours en 2018 pour suspicion de corruption. Jusqu’à présent, aucune suite concrète n’a été donnée à cette affaire malgré l’intervention du bureau indépendant anti-corruption (Bianco), du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH). Les personnes impliquées demeurent actuellement intouchables, y compris  la ministre de la Justice de l’époque, Rasolo Elise Alexandrine dont la poursuite relève de la compétence de la Haute Cour de Justice (HCJ). Selon les rumeurs, c’est elle qui aurait ordonné l’incinération des feuilles de copies à Tsaralalàna le 9 mars 2018 dans le seul but de faire disparaître des preuves de corruption.

Actuellement, des milliers de candidats espèrent des mesures plus efficaces afin de lutter contre toute tentative de corruption. Ceux qui seront admis à l’Enmg à travers ce concours vont suivre une formation initiale pendant 24 mois dont neuf mois de scolarité, 11 mois de stage juridictionnel et administratif.

Mampionona

Lire aussi