La Gazette de la grande ile

Irrigation des plaines d’Antananarivo : s’adapter au manque

Publié le 22 juillet 2021

Les Tananariviens n’ont aucune crainte à se faire concernant l’approvisionnement en eau (dite) potable, d’après la Jirama qui rassure sur la disponibilité de stock suffisant. « Par rapport à une éventuelle période de sécheresse, le barrage de Tsiazompaniry dispose d’une réserve de 140 millions de mètres cube, pouvant subvenir aux besoins d’Antananarivo jusqu’au mois de janvier 2022 », souligne le communiqué du ministère de l’Eau. Toutefois, le stock en question doit également servir à irriguer les plaines d’Antananarivo et ses environs. Il assurera même la totalité du besoin puisque l’Ikopa et la Sisaony se trouvent depuis des mois (et ce en avance) à sec. La production rizicole de cette année risquerait ainsi d’être frappée de plein fouet. La saison culturale débutera d’ici mi-mai pour prendre fin le 31 octobre. Et là encore à cause du manque de précipitations, le calendrier a été retardé. L’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo(Apipa) se veut rassurante, mais le fait est qu’elle n’aura droit qu’à la moitié du besoin en eau pour irriguer la plaine d’Antananarivo. «L’Apipa a fait une demande de 53 millions de mètres cube d’eau à la Jirama. C’est insuffisant sachant que cela ne représente que la moitié du besoin, mais il faut s’adapter. Le besoin total est de 116 millions de mètres cube », affirme Ranto Rakotonjanahary, DG de l’Apipa. L’Apipa n’a pas encore reçu la réponse de la Jirama concernant cette demande, mais « La Jirama a affirmé qu’il n’y a rien à craindre », poursuit-il. Et ce malgré la situation de sécheresse préoccupante. Il convient de souligner que l’approvisionnement en eau auprès des abonnés prime sur la qualité de la production agricole. Bref, la prévision du ministère de l’eau sur la disponibilité de stock d’eau suffisant allant jusqu’en 2022 dépend de la responsabilité citoyenne, de l’économie de l’eau, mais aussi de la protection des bassins versants.

Annie N.

Lire aussi