La Gazette de la grande ile

Edito : En état de faiblesse !

Publié le 28 juillet 2021

Nul ne peut nier que malgré les actions de diversion pour détourner l’attention de la population, le pouvoir en place est en train de subir une véritable épreuve de survie. Entre la famine dans le Sud qui frappe de plus en plus, les 73,5 kilos d’or en Afrique du Sud que Madagascar n’arrive pas à récupérer, les députés dirigés par Naivo Raholdina qui concoctent une motion de censure contre le gouvernement, le délestage qui s’aggrave au lieu de s’améliorer, l’inflation immaîtrisable, l’opposition qui arrive à créer des émeutes dans la rue et surtout le président de la république victime d’une tentative d’assassinat, le pouvoir en place est plus que déstabilisé.

Depuis que cette affaire de tentative de coup d’Etat a été mise au grand jour, les arrestations se sont multipliées. Hier, c’était au tour de Randriazanakolona Yvon, dit Sareraka, chargé de mission de la présidence de la république. Rappelons tout de même que Sareraka fait partie des plus grands partisans d’Andry Rajoelina qui lui ont toujours démontré leur fidélité. Pourtant, il est actuellement suspecté dans la tentative d’assassinat. Selon notre source, Paul Rafanoharana , principal suspect dans cette affaire d’assassinat du président, a été arrêté un jour avant de passer à l’acte. Il allait exécuter son plan le mercredi 21 juillet. Ce qui veut dire que tout a déjà été mis en place. Pour une mission de ce genre, il doit avoir des complices à l’intérieur. Même si Paul Rafanoharana et quelques individus ont été arrêtés, ses complices sont toujours là. Ce suspect a demandé 10 millions d’euros pour exécuter son plan et seulement 200.000 euros ont été trouvés dans sa maison. Ce qui implique que le reste de l’argent a déjà été distribué et que toute l’équipe a reçu sa part. Andry Rajoelina ne peut plus faire confiance en personne.

Andry Rajoelina n’a plus le choix. Il doit redresser le pays en mettant en place un gouvernement qui a de l’autorité. Le changement doit être total et radical, et le plus tôt sera le mieux. Il faut aller de l’avant et convaincre la population que Madagascar peut encore être sauvé, en mettant en tête du gouvernement un homme craint, qui a de l’expérience et qui a déjà fait ses preuves. La tête du gouvernement doit réunir toutes les forces armées pour montrer une nation souveraine. Il est temps d’en finir avec les « werawera » et se concentrer sur un développement effectif du pays.

  1. B

Lire aussi