La Gazette de la grande ile

Tentative de coup d’Etat : implication de Johnny Andriamahefarivo

Publié le 28 juillet 2021

Le gouvernement sollicité dans l’enquête de Rajoelina. Le ministre de la justice Johnny Andriamahefarivo s’implique personnellement dans l’enquête sur Paul Rafanoharana et Philippe Marc François, accusés d’avoir planifié l’assassinat du président Andry Rajoelina. Personnellement investi dans l’enquête visant Philippe Marc François, accusé d’avoir fomenté l’assassinat du président AndryRajoelina et d’autres dirigeants malgaches, le ministre de la justice Johnny Andriamahefarivo s’intéresse particulièrement aux réseaux d’affaires du colonel retraité de l’armée française. En fin de semaine dernière, il s’est ainsi rendu lui-même au siège de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM, l’entité qui enregistre toutes les sociétés de la Grande Ile). Le ministre souhaitait savoir si toutes les procédures administratives relatives aux activités commerciales de Philippe Marc François s’étaient faites dans les règles, notamment en ce qui concerne l’enregistrement de Tsara First, fin 2020 (AI du 22/01/21). L’ex-colonel français a un temps, dirigé cette société spécialisée dans le commerce de l’or, qu’il a créée en compagnie de Paul Rafanoharana, un Franco-Malgache passé comme lui par Saint-Cyr et détenu pour les mêmes chefs d’accusation. En France, le cas François intéresse au plus haut niveau. L’incarcération de Philippe Marc François suscite du remue-ménage dans les hautes sphères de l’Etat français. A Saint-Cyr, il était dans la même promotion que le nouveau chef d’état-major de l’armée de terre, Pierre Schill. Il y a également côtoyé le général Eric Vidaud qui dirige actuellement le Commandement des opérations spéciales (COS) et était, jusqu’en 2019, à la tête des Forces armées de la zone sud de l’Océan Indien (FAZSOI).

Madagascar Oil entraînée dans le sillage des accusés. Comme l’a révélé Africa Intelligence, les locaux de la société pétrolière Madagascar Oil ont reçu la visite des autorités le matin du vendredi 23 juillet (AI du 23/07/21). Les enquêteurs ont retrouvé dans l’ordinateur de Paul Rafanoharana, un email envoyé au président de la société Al Njoo, le 12 octobre 2020, demandant à Madagascar Oil un financement de 10 millions de dollars pour l’organisation d’un coup d’Etat. Dans un premier temps, Russel Kelly a déclaré à Africa Intelligence n’avoir jamais entretenu de lien avec Paul Rafanoharana. Al Njoo a depuis confirmé avoir reçu l’email en question, qu’il aurait immédiatement effacé. Selon lui, Paul Rafanoharana avait tenté de devenir le consultant de Madagascar Oil il y a plusieurs années, sans succès.

Lire aussi