La Gazette de la grande ile

Blanchiment de capitaux – Rapport du Samifin : La suite très attendue !

Publié le 29 juillet 2021

Le blanchiment de capitaux est un fléau qui ronge depuis des décennies le système économique et financier malgache. La mise en place du Samifin (Service de renseignement financier) en 2008 n’a eu jusqu’à présent aucun résultat palpable dans le cadre de la poursuite des personnes suspectées. On a récemment rapporté dans nos colonnes que cette institution devrait être dissoute pour cette raison en plus d’être budgétivore. Son budget de fonctionnement prévu par la loi de finances initiale pour 2021, est de 1.944.711 Ariary.

Dans le cadre de la publication de son rapport d’activités du premier semestre, le Samifin vient d’affirmer avoir enregistré 11 cas de blanchiment de capitaux sur les 44 déclarations d’opérations suspectes reçues. Le montant des capitaux blanchis est estimé à 76.769.369 de dollars. De telles données statistiques ne devraient pas être prises à la légère vu l’impact que ce fléau pourrait occasionner sur la vie économique du pays. La suite de cette affaire, notamment au niveau de la Justice est ainsi attendue pour traiter ces dossiers impliquant une vingtaine de personnes suspectées de nationalités différentes, occupant diverses fonctions dans le pays. Outre la corruption, les fraudes fiscales et douanières, les traites de personnes figurent parmi les principales infractions perpétrées dans le processus de blanchiment des fonds. En principe, après la réception et le traitement des déclarations de soupçons, le Samifin devrait transférer au Procureur de la République du tribunal de première instance, le rapport de saisine. L’équipe de Mamitiana Rajaonarison, son Directeur Général, devrait faire en sorte que toutes les personnes suspectées comparaissent afin d’éradiquer les différentes criminalités et d’assainir l’ordre financier.

L’aboutissement de cette affaire sera une occasion pour cette institution de rattraper ses défaillances au fil des années. En effet, les dossiers établis par le Samifin sur le commerce illicite des bois de rose, transmis à de très hautes autorités judiciaires, se sont perdus au niveau des juridictions concernées.

Mampionona

Lire aussi