La Gazette de la grande ile

Les malheurs des employés : Face au pouvoir des patrons

Publié le 31 juillet 2021

Nous avons tous en mémoire les drames poignants de tous ces employés  d’Air Madagascar. Malgré toutes les démarches légitimes entamées et les garanties des droits dont ils bénéficient devant les lois en vigueur, ils ont finalement perdu les procédures juridiques portées devant toutes les instances de la Justice. Pourquoi ? Est-ce qu’ils avaient engagé une bataille d’avance sur des prétentions auxquelles pas ils n’avaient pas droit du tout ? La réponse est non…

Leur malheur est celui de bon nombre de salariés confrontés à l’influence dominatrice amorale de leurs employeurs (soutenus en coulisses par des fonctionnaires de l’Inspection du Travail sous les ordres d’un Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique, et des Lois Sociales, peu soucieux des intérêts du personnel de l’Emploi). Pire, tout ce petit monde pratiquement sans défense, livré au bon vouloir des riches patrons aux influences égoïstes impitoyables, très souvent perd tous ses droits devant les juridictions. Par les jeux des argumentations peu crédibles et les prétextes fallacieux, ils font l’objet de licenciements abusifs. Au motif de détournement dans les caisses de l’entreprise et aussi de fautes éthiques et professionnelles montées de toutes pièces, ils se retrouvent au chômage avec tous les terribles malheurs qui vont avec.

A l’heure actuelle, pour des motifs imaginaires qu’ils ignorent, des cadres et tout le personnel de la société KRAOMA se débattent dans des difficultés existentielles inhumaines (frais de scolarité impayés, perte d’accès aux soins médicaux et autres obligations sociales…) Les recours administratifs auprès de l’Inspection du Travail traînent en longueur au grand détriment des familles concernées, malgré les efforts des victimes de telles inerties catastrophiques et des ignorances volontaires de la ministre Gisèle Ranampy. Cette dernière se complait dans les jouissances des privilèges de son rang et des avantages discrets fournis par les hommes d’affaires propriétaires des usines et des sociétés pourtant non en règle devant les obligations légales à l’endroit de leurs employés. Pour rappel, un employé qui n’a rien à voir avec les problèmes judiciaires actuels ambiants, souffre des influences occultes du groupe pétrolier Madagascar Oil au niveau du Tribunal du Travail.

Noël Razafilahy

Lire aussi