La Gazette de la grande ile

Transport des détenus : Rajoelina n’a pas tenu ses promesses !

Publié le 09 août 2021

Le problème concernant le transport des détenus de la maison centrale (MC) d’Antanimora n’est toujours pas reglé. Il s’agit plus précisément de leur transport pour rejoindre le tribunal d’Anosy, afin d’être auditionnés. Ces derniers temps, on a pu observer aux alentours du palais de la Justice, des détenus menottés et escortés par des agents pénitentiaires pour prendre les bus 119 menant à Ankatso. Une telle situation porte vraiment atteinte à la présomption d’innocence et aux droits des détenus vu que la plupart d’entre eux sont encore des prévenus et non des inculpés. Le fait qu’ils prennent le transport en commun les expose aux regards inquisiteurs des usagers, ce qui pourrait générer des problèmes sociaux en ce sens qu’il touche la question de sécurité. Ce problème a été soulevé depuis des années par le syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire (SPAPM).

Lors de sa descente auprès de ce centre de détention d’Antanimora  le 31 octobre 2019, le président Andry Rajoelina a proposé quelques mesures afin d’améliorer la qualité de service des agents pénitentiaires et les conditions de détention des prisonniers. Il a ainsi promis des véhicules pour l’AP en général, y compris le personnel travaillant au MC d’Antanimora. Cette promesse n’a pas été tenue si l’on tient compte de la situation actuelle où des prévenus montent à bord des taxibe avec les autres usagers. Les quelques fourgons cellulaires qu’ils utilisent ne suffisent pas pour le transport des détenus et pour ceux qui travaillent à la maison de force de Tsiafahy, aucun problème majeur n’est signalé en la matière. Puisque la commune urbaine d’Antananarivo déploie actuellement ses efforts dans le cadre du transport en ville, le chef d’établissement de cette MC devrait y chercher une collaboration. L’utilisation des « Bus class » serait ainsi une meilleure option que les taxibe.

        Mampionona

Lire aussi