La Gazette de la grande ile

Match à huis clos Barea-Bénin : Ingérence de l’Etat Malgache

Publié le 30 août 2021

Selon les protocoles de match de la Confédération Africaine de Football (CAF) et de la Fédération internationale de football association (FIFA), tous les matchs doivent être joués à huis clos. Or, le match éliminatoire pour la coupe du monde zone Afrique entre les Barea de Madagascar et l’équipe nationale de Bénin prévu se tenir le 2 septembre prochain au stade Barea de Mahamasina a fait l’objet d’un tamtam médiatique de la part du régime. En effet, l’Etat malgache a prévu d’inaugurer le stade le jour du match et d’inviter plus de 20.000 spectateurs à venir voir le match. Malgré la réponse négative de la CAF et de la FIFA par rapport à cette demande d’ouverture du match au grand public, l’Etat malgache insiste toujours. En effet, suite au communiqué publié par la CAF et la FIFA vendredi dernier mentionnant clairement que la demande de Madagascar d’admettre 1500 spectateurs lors des éliminatoires de la coupe du monde de la Fifa est refusé, l’Etat Malgache n’a aucunement pris des mesures y afférentes. Au contraire, la distribution des tickets n’a pas été annulée et l’inauguration est toujours maintenue.  Pire, l’Etat malgache et la Fédération Malgache de Football ont demandé à la CAF l’admission de 1500 spectateurs, mais a prévu en réalité plus de 20.000 spectateurs. Malgré cette décision, l’Etat Malgache a envoyé une seconde lettre à la CAF réitérant la demande et insistant sur cette admission de spectateurs. Le fait même que l’Etat, à travers le ministère, ait envoyé ces lettres, prouvent que l’Etat malgache s’immisce dans une affaire qui ne la concerne pas. L’Etat ne possède pas les compétences pour gérer les affaires de la Fifa et de la CAF. L’organisation et la gestion d’un match de Football pour la coupe du monde ne le concernent pas.

Habitué au laisser-aller et aux compromis, l’Etat malgache ose contredire une décision internationale et pense être assez exceptionnel pour enfreindre les règles. De plus, elle s’occupe d’une affaire dont elle n’en possède même pas les compétences, un match de la coupe du monde politisé par l’Etat, juste pour profiter de l’impact médiatique afin de rameuter de la foule.

  1. B

Lire aussi