La Gazette de la grande ile

Les images dans les mots : Extrêmement pauvre

Publié le 30 août 2021

Madagascar est un pays pauvre, on ne peut le nier malgré le fait que cela choque plus d’un. Le classement international l’a toujours confirmé et c’est la vérité. On peut toujours dire que Madagascar est un pays riche plein de ressources naturelles qu’on peut exploiter afin d’arriver au développement tant souhaité, mais la majorité des Malgaches sont noyés dans une extrême pauvreté. Un fardeau que beaucoup de citoyens de l’île, ce beau pays aux mille richesses, ne peut que supporter et ce depuis des années. Ces bois précieux, ces pierres précieuses, ces ors et argents, les nickels et cobalts, les ilménites et autres produits miniers, les lémuriens et autres faunes endémiques, les baobabs, ravinala et autres  plantes, n’ont jamais vraiment rien apporté aux Malgaches, à l’exception de ceux qui ont eu la possibilité de les exploiter, mais ceux-ci ne sont pas si nombreux que ça et tous ceux qui le font ne s’en sortent pas toujours. A part le fait que ce sont surtout les étrangers qui ont le privilège d’investir dans ces produits locaux, pour la plupart endémiques, les Malgaches ne peuvent que devenir leurs employés et demeurer dans leur pauvreté. Visiblement, beaucoup de Malgaches sont pauvres et cela se voit dans la capitale. Depuis les périodes d’urgence sanitaire, on remarque partout les signes de cette pauvreté extrême. On est tous en difficulté, parce que beaucoup ont dû arrêter leurs activités génératrices de revenus. Ce qui pousse les citoyens à implorer l’aide de l’Etat, lequel ne reste pas indifférent à l’appel de son peuple. C’est la raison pour laquelle le Président Andry Rajoelina et son équipe ont instauré aux différentes aides sociales, du Tsena Mora au VatsyTsinjo, en passant par les Tosika Fameno, KalyTsinjo et Sosialim-bahoaka, des solutions qui génèrent d’autres problèmes à cause de la mauvaise organisation dans la distribution à certains niveaux hiérarchiques. Beaucoup de gens se plaignent de n’avoir rien reçu jusqu’à maintenant et ce depuis le Vatsy Tsinjo ou le Tosika Fameno, malgré le fait qu’ils aient suivi les procédures d’inscription. Par ailleurs, des gens qui ne sont pas du tout vulnérables, qui pouvaient nourrir convenablement leur famille, en ont bénéficié. Beaucoup se fichent pas mal de ce que cela puisse affecter les gens et la vie du pays même. Il y a ainsi la pauvreté physique et la pauvreté mentale. Parfois ce sont des responsables qui agissent de la sorte et le Président doit faire attention, car à la longue, cela peut ternir son image.

Riri

Lire aussi