La Gazette de la grande ile

Rocade d’Iarivo : le contrôle des remblayages illicites s’impose !

Publié le 31 août 2021

Les actes de vandalismes et la destruction progressive de la Rocade d’Iarivo, reliant l’axe By-Pass à Andranobevava, ont été ces derniers jours soulevés. Ce qui a incité l’agence routière, maître d’ouvrage du projet, à déposer des plaintes au niveau des forces de l’ordre des localités traversées par cette nouvelle route. Outre ces cas précités, un sérieux problème se pose aussi dans plusieurs quartiers. Il s’agit plus précisément des envahisseurs qui commencent à clôturer des terrains et des rizières aux abords de ladite rocade. C’est notamment le cas à Ambatomaro, Andravitoto… A cet effet, les remblayages illicites prennent également place, une situation qui devrait attirer l’attention des autorités concernées. Certes, l’extension des zones d’habitation de la capitale s’avère nécessaire vu les problèmes générés par la surpopulation, mais les départements ministériels concernés devraient opérer un contrôle de régularité des constructions et soumettre l’autorisation de construire à des conditions plus rigoureuses.

Il fut un temps où le ministère de l’Aménagement du Territoire et la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) avaient strictement interdit le remblayage des rizières bordant le By-pass afin d’éviter le risque d’inondation de la ville d’Antananarivo pendant la période des pluies. Actuellement, pour la rocade d’Iarivo, si cette gabegie n’est pas maîtrisée dans les mois à venir, le pire est à craindre pour les quartiers aux alentours. Ainsi, les autorités étatiques et les communes concernées auront du mal à résoudre les problèmes qui en découlent. Elles doivent agir dès maintenant si on veut vraiment éviter les risques d’inondation de la capitale, un défi auquel fait face l’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo (APIPA). Les gens profitent de cette crise sanitaire et du changement de gouvernement pour accomplir des  infractions telles que les remblais illicites. L’article 223 de la loi n° 2015-052 du 03 février 2016 relatif à l’urbanisme et à l’habitat stipule que : « sont passibles d’une amende dont le montant est équivalent au double du prix de la construction, du remblai, et/ou du déblai, les bénéficiaires des travaux effectués au mépris des obligations imposées, par les règlements en vigueur ou par le permis de construire, et/ou de lotir délivré, sans préjudice de l’obligation de démolition et de remise à l’état initial du terrain aux frais du contrevenant ».

Mampionona

Lire aussi