La Gazette de la grande ile

Drogues dures : Les trafics en recrudescence

Publié le 31 août 2021

Le trafic de drogues est l’élément déclencheur d’une grande partie des crimes violents qui font des ravages dans la société. La situation commence à devenir de plus en plus préoccupante à Madagascar. L’insécurité est intimement liée à la prise de drogues dures. Des malfaiteurs prennent des substances stupéfiantes avant de commettre leurs actes. Les gendarmes de la Brigade Maromandia ont saisi vingt sacs et demi de cannabis pesant 498kg, dans la nuit du 29 août à Antanimbarihely, fokontany Antanamandroso, district d’Analalava, région Sofia. Personne n’a été arrêté car ils se sont tous échappés et n’ont laissé que leurs affaires, rapporte la Gendarmerie nationale. Les drogues ont été saisies et la recherche des criminels se poursuit, indique-t-on. Des informations similaires ont été reçues à Soanatao Ihosy Ihorombe.  Deux personnes ont embarqué 30kg de cannabis dans une voiture Sprinter pour les transporter à Fianarantsoa. Les drogues ont été saisies et les criminels arrêtés seront remis à la Cour.

A rappeler qu’il est interdit de cultiver, transporter, vendre ou acheter, et surtout prendre des drogues  dans le pays. La Gendarmerie nationale a annoncé être stricte dans ce cas d’infraction. Bref, Madagascar s’est imposé comme une plaque tournante majeure des trafics de produits stupéfiants, premier constat de l’ONG Global Initiative qui chapeaute ces enquêtes avec l’aide de services d’enquête occidentaux. Les drogues dures notamment  l’héroïne ou la cocaïne y transitent par centaines de kilos à chaque livraison, avant d’être empaquetées et redistribuées soit par avion, soit  de plus en plus par des vedettes rapides de type «Go Fast ». Madagascar exporte « des volumes croissants d’héroïne » selon le dernier rapport de l’ONG en cette année, mais aussi de cannabis. L’héroïne est produite en Afghanistan et transite par l’Afrique de l’Est avant d’arriver à Madagascar. Selon l’ONG, le choc économique lié à la pandémie de Covid-19 a fait la part belle aux trafics de drogue, qui ont en quelque sorte compensé les pertes de revenus liés au tourisme ou au commerce. Global initiative appelle à une prise de conscience sur l’ampleur de ces trafics qui ont des répercussions dans toutes les couches de la société et au sein de l’État.

Nandrianina A

Lire aussi