La Gazette de la grande ile

Ouverture des frontières aériennes : Entre opportunités et menaces

Publié le 31 août 2021

Lors de la Rencontre des Entrepreneurs Francophones à Paris, le Président Andry Rajoelina a annoncé l’ouverture des frontières aériennes de Madagascar en octobre prochain. Il a eu la prudence de préciser avec justesse que cette ouverture sera effective sous réserve que la situation sanitaire soit favorable. Il est intéressant de rappeler les opportunités et les menaces liées à l’ouverture des frontières aériennes.

Les opportunités sautent aux yeux. Grâce à l’ouverture des frontières aériennes, les touristes et les hommes d’affaires vont pouvoir venir ou revenir dans la Grande Ile. Il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils débarquent par hordes du jour au lendemain. Ils arriveront de manière progressive. Avec le retour des touristes, les opérateurs du secteur verront un accroissement de leur chiffre d’affaires mais ils mettront du temps avant de renouer avec les bénéfices. L’arrivée en force d’hommes d’affaires, seuls ou en groupe, est souhaitable. Bien qu’avides d’opportunités, ils avanceront à petits pas, soucieux de bien jauger le climat des affaires et le contexte socioéconomique. L’ouverture des frontières aériennes devrait participer à une redynamisation de l’économie et à une reprise de la croissance.

En dépit de ces opportunités et avantages, il ne faut pas fermer les yeux sur les menaces et inconvénients.

La première menace est évidemment l’aléa que pourrait constituer une nouvelle vague de Coronavirus et de l’un de ses variants. Le risque est d’autant plus grand que le taux de vaccination de la population malgache est faible. Il serait dommage qu’une explosion des cas de personnes contaminées conduise à un retour à l’état d’urgence sanitaire et à une fermeture précipitée des frontières aériennes. La seconde menace est l’arrivée possible sur notre sol de personnes indésirables. On pense ici à l’infiltration éventuelle de terroristes étrangers, surtout après le récent projet d’attentat avorté. Sachant qu’aucun pays n’est épargné par cette menace, Madagascar va devoir investir énormément dans les moyens de prévention du terrorisme, en plus d’investir dans les mesures visant à éviter la propagation du Coronavirus.

Phil de Fer

Lire aussi