La Gazette de la grande ile

Madagascar – Bénin : La charue avant les Barea

Publié le 04 septembre 2021

Les anciens étaient visionnaires quand ils disaient qu’il ne fallait pas mettre les charrues avant les bœufs. Les histoires rocambolesques avant le match des Barea contre le Benin le prouvent. Avant même que les Barea n’arrivent des billets ont été distribués gratuitement dans le cadre de l’inauguration du stade avant le match, puis comme la CAF qui est l’instance suprême dans le monde du football sur le continent africain a décrété le huis clos pour les premiers matchs compte tenu de la situation sanitaire, le programme des festivités entrant dans le cadre de l’inauguration du stade qui dans l’esprit des hauts responsables étatiques devaient se tenir le même jour que le match a été reporté. La fédération par la suite demande que le match puisse se jouer en présence de 1500 spectateurs,  demande sur laquelle la CAF ne pouvait pas se prononcer avant d’avoir procédé à l’inspection du stade. Puis finalement il est autorisé la présence de 10000 spectateurs mais comme les responsables étatiques avaient déjà distribués des billets pour plus que cela, on a assisté à du jamais vu : échange de tickets pour assister au match alors que des gens avaient fait la queue depuis 4h du matin sinon plus pour avoir les tickets qui finalement se sont avérés non reconnus, inutilisables. Plusieurs leçons devraient être tirées de ces situations : respecter les organisations et les lois applicables. Quand il s’agit de la FIFA, de la CAF, de la FMF il y a une organisation précise qu’il faut respecter et même si pour être bien vu certains vont dire que c’est le Président entendre son argent ou mieux les deniers publics qui a rénové le stade, le Président de la République n’est pas la FIFA et il suffit juste de reconnaître cet état de fait. Autre leçon à tirer,  si on veut tirer profit de l’engouement de la population d’un pays pour ce sport qui rassemble qu’est le football,  il faut respecter les organisations et faire avec les organismes qui en ont la charge, qu’il y ait une synergie pour éviter les cacophonies et les contradictions. Autre leçon à tirer, savoir regarder au delà de la personne.  On peut ne pas apprécier Raoul Rabekoto mais il faut savoir regarder au delà de lui et ne voir que le football malgache qui d’ailleurs ne se réduit pas au barea ; on peut ne pas apprécier Andry Rajoelina mais il faut savoir regarder au delà de lui et ne voir que le pays Madagascar dont il est le Président de la République. Ce qu’on peut par contre ne pas apprécier c’est la manière  de gérer les choses,  la manière de gérer le football peut être mais surtout la manière de vouloir tout faire en spectacle au point d’oublier les différentes exigences liées à une organisation bien précise d’une instance internationale ou régionale que sont la FIFA et la CAF. Et c’est cela mettre la charrue avant les bœufs…prendre les devants sur des choses sur lesquelles on n’a pas pouvoir de décision.

La Rédaction

Lire aussi