La Gazette de la grande ile

Edito : Qu’est-ce que l’état d’urgence sanitaire ?

Publié le 07 septembre 2021

Vendredi, un conseil des ministres exceptionnel a décidé de la fin de l’état d’urgence sanitaire…donc plus de restrictions notamment la grande fiesta de Mahamasina pour l’inauguration du stade Barea a pu se tenir. Mais fin de l’état d’urgence sanitaire, dans la compréhension de tous, signifie également ne plus porter les masques, ouverture des frontières,  reprise des vols commerciaux de manière officielle et non plus ces vols de rapatriement pour faire des aller retour pour des gens au dessus des lois, plus de confinement. Sûrement que la fin de l’état d’urgence sanitaire signifie plus que cela mais comme il n’y a aucune définition légale dans nos lois de ce qu’est “l’état d’urgence sanitaire” les dirigeants ont inventé le contenu selon ce qui les arrangeait, au moment où ça les arrangeait et ils prenaient des mesures très souvent incompréhensible si ce n’est contradictoires mais très souvent dans leur intérêt à eux d’abord.  Maintenant que l’état  d’urgence sanitaire est levé  pour la nième fois et que la peste pointe déjà son nez… le bon sens est de légiférer sur l’urgence sanitaire,  d’avoir une loi ou des dispositions légales sur l’urgence sanitaire, d’avoir une définition claire de ce qu’est l’état d’urgence sanitaire plutôt que de laisser toujours un vide et faire selon ce qui leur semble bon. La population n’est pas dupe. Dans les villes de province cela fait des lustres que le port de masque est peu respecté,  que les regroupements ne sont pas limités, que les bars et les karaokés battent leur plein. Ils se demandent même s’il y a encore coronavirus… Puis le Chef de l’Etat après un séjour en terre française a déclaré à l’aéroport d’Ivato que Madagascar a vaincu le coronavirus, conséquence normale plus d’urgence sanitaire liée au coronavirus et conséquence normale reprise des activités économiques et touristiques,  conséquence normale aucune restriction. On serait curieux de savoir depuis quand ils ont réfléchi sur la levée de l’état d’urgence sanitaire et des conséquences qui s’en suivent car ils ne peuvent pas indéfiniment ne voir que le bout de leur nez et penser que lever l’urgence sanitaire ne suppose pas fin des restrictions.  Si l’ouverture des frontières dans la semaine n’est pas au programme, car sans préparation, il est grand temps que les parlementaires réfléchissent au moins à une loi sur l’urgence sanitaire pour la prochaine session parlementaire car aujourd’hui c’est le coronavirus mais demain ce sera une autre pandémie, une autre maladie et que gouverner c’est prévoir même si ces mois ont démontré que prévoir n’est pas encore intégré dans les habitudes de ce régime,  du moins prévoir dans l’intérêt général. On a eu droit à des “mesurettes”, ou des mesures mises en place de toutes pièces avec fastes et suivies de fracas sans aucune projection dans le futur. On a eu droit à Johana et le CVO, on a eu droit au Gasycar, on a eu droit à d’autres choses étranges… auxquelles les dirigeants et leurs inconditionnels ont cru, y croient encore car ce qui est sorti de cette période de pandémie pour les dirigeants est définitivement le bling bling qui ne mène nulle part. Alors,  à quand une définition de l’état d’urgence sur laquelle tout le monde peut s’entendre? Sans cette définition, ce qu’on a vu c’est l’état d’urgence sanitaire est une période durant laquelle des profanes s’inventent spécialistes de la santé publique, et durant laquelle toute l’attention doit être portée sur le President de la Republique et sa cour ainsi que les mesures exceptionnelles accordées à nos dirigeants !

La Rédaction

Lire aussi