La Gazette de la grande ile

Réouverture des frontières : Cap vers un suicide collectif

Publié le 08 septembre 2021

La situation coronavirus s’est améliorée à Madagascar, l’Etat s’est même permis de lever l’Etat d’urgence sanitaire afin de fêter comme il se doit l’inauguration du Stade Barea Mahamasina, samedi dernier sans avoir à se soucier des gestes-barrières. Mis à part cela, le gouvernement malgache se prépare déjà à la réouverture des frontières afin de pouvoir accueillir des passagers provenant de l’étranger. Par ailleurs, une réunion préliminaire à la fois présentielle et par visio-conférence de tous les acteurs concernés s’est tenue au sein du ministère des affaires étrangères à Anosy hier. La réunion en question a vu la participation du ministre du tourisme, Joël Randriamandranto et du ministre étrange aux affaires, Patrick Rajoelina. Les dirigeants s’attèlent en vue de l’annonce effectuée par le Président de la République lors de la rencontre des entrepreneurs francophones (REF) à Paris comme quoi la réouverture des frontières est prévue au mois d’octobre. Décidemment, les dirigeants malgaches ont une tendance suicidaire et cela ne date pas d’hier. Il faut dire que,  dès qu’il constate une certaine amélioration vis-à-vis de la situation coronavirus,  ils pensent tout de suite à la réouverture des frontières.

Il faut noter qu’avec la réouverture des frontières malgaches, les risques d’une nouvelle prise d’ampleur de la pandémie de Covid-19 vont s’accroître. On se demande si les dirigeants ont pensé à cette éventualité ou s’ils ne pensent seulement à raviver le secteur tourisme en cette période de crise sanitaire mondiale. Certes, le tourisme s’avère être une des activités économiques les plus importantes pour Madagascar. Cela ne signifie pas qu’on doit sacrifier la sécurité sanitaire de tout un peuple pour raviver le tourisme qui a pris un coût dur en raison de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19. Ceux qui œuvrent dans le domaine du tourisme ne cessent de se plaindre en réclamant la réouverture des frontières, ce qui n’est que pur égoïsme de leur part vu la situation pandémique à l’échelle internationale avec le variant Delta qui cherche à conquérir toute la planète.

Il ne faut pas oublier que la Grande Ile a déjà connu une certaine amélioration lors de la première vague avant de replonger dans une deuxième vague terrible à cause d’une décision précipitée des dirigeants en ouvrant les portes de Nosy-Be aux touristes. Résultat, Madagascar a dû reprendre la lutte à zéro. Ce qu’on constate,  c’est que les dirigeants ne tirent pas des leçons de leur erreur, surtout pour le cas du ministre du tourisme, Joël Randriamandranto. Le souci,  c’est que c’est la population malgache qui subit les conséquences des mauvaises décisions des dirigeants.

Jean Riana

Lire aussi