La Gazette de la grande ile

Lalatiana Rakotondrazafy : le scandale sexuel lui explose à la figure !

Publié le 09 septembre 2021

L’affaire d’adultère de la ministre de la communication et de la culture, Lalatiana Rakotondrazafy, a fait le buzz dans les réseaux sociaux hier. Pour rappel des faits, Andry Andriatongarivo, le mari de la ministre et Secrétaire Général du ministère de l’énergie, a tiré en rafale avec une kalachnikov sur Lalatiana et son amant, un comorien au nom de Sayda (un artiste star des jeunes), dans une voiture à Ambatobe dans la nuit du lundi 8 septembre dernier. Il a manqué son tir et les deux amoureux se sont rendus à la police. L’amant a immédiatement déposé plainte contre Andry Andriantongarivo  pour tentative de meurtre. C’est après la déposition qu’on a su que Lalatiana Rakotondrazafy a déjà déposé plainte depuis des années contre son mari pour violence conjugale. Elle serait victime de coups et blessures à plusieurs reprises. A chaque fois qu’elle porte des lunettes de soleil en public, c’est pour cacher les traces de bleu sur ses yeux. Andry Andriantongarivo est un instable émotionnel qui se promène quotidiennement avec une arme à feu qu’il n’hésite pas à pointer sur ceux qui le gênent, en témoignent les employés du ministère de l’énergie. Ce dernier a également déposé plainte contre sa compagne pour adultère.

Lalatiana a placé ce Sayda parmi les membres de son cabinet, mais les employés disent que ce dernier ne vient jamais, ni aux réunions, ni au bureau. C’est l’objet du népotisme de cette ministre « Mamasôsy » (cougar) qui, non seulement lui procure une place politique au sein de son ministère, mais s’en occupe personnellement en l’emmenant partout, même dans une chambre d’hôtel. Apparemment, Andry Andriantongarivo n’arrive plus à satisfaire madame la ministre qui est allée voir ailleurs, un homme plus jeune et plus dynamique.  Un artiste de renom qui récite dans une de ses chansons « fa izaho ah tsy sarotiny, na dia efa an’olonkafa aza ianao…na dia potipotiny aza ny avy any dia tsy ho sarotiny amin’izany aho » qui signifie littéralement « je ne suis pas jaloux même si tu appartiens déjà à quelqu’un d’autre…même si tu ne me donnes que des miettes, je les prendrais sans hésiter ». Et les miettes, il en a profité. Nous avons déjà écrit à La Gazette de la Grande île qu’un ministre paierait des détectives privés pour suivre son mari à la trace. Il s’agit en effet de Lalatiana Rakotondrazafy qui soupçonne son mari d’adultère. Or, pour eux c’est réciproque. Dans la nuit du lundi 6 septembre, c’est Andry Andriantongarivo qui a surpris sa femme avec son amant, mais lui aussi la trompe.

Même si Lalatiana et son mari arrivent à trouver une entente et retirent leur plainte, Sayda a déposé plainte pour tentative de meurtre et selon les témoins, des coups de feu ont été tirés. Cela ne doit pas être enterré et Andry Andriantongarivo doit être poursuivi jusqu’à la fin. Si ce dernier s’en sort indemne, ce sera le summum de la bêtise du régime Andry Rajoelina qui a déjà commis l’erreur de placer sa confiance sur Lalatiana et compagnie. Le président de la république ne peut plus reculer et ne touchera pas Lalatiana pour cacher les bêtises qu’elle a fait, mais épargner son mari serait une monumentale erreur.

Recueillis par T. B

Lire aussi