La Gazette de la grande ile

Le pouvoir et  l’adultère : à cause des  femmes à scandales

Publié le 09 septembre 2021

Dans  tous les pays  du monde, les  histoires d’alcôve ont toujours marqué l’entourage immédiat  des milieux dirigeants. Depuis l’époque biblique du  roi  Salomon et de la Reine de Saba,  en passant par les infidélités fameuses  des  cours de l’Europe jusqu’aux frasques  amoureuses des  grands noms  de la politiques américaines,  les  relations  extraconjugales des grands noms  de la politique ont fait la  gorge chaude du  grand public. Médisance ou réalité, feu Jacques Chirac a été  célèbre pour «les 5 minutes douche comprise». Dans  notre pays, les relations adultérines durant la monarchie ont laissé  des  traces indélébiles  dans les lignées de l’aristocratie. Puis à l’ère de la République, la tradition du  libertinage s’est perpétuée jusqu’à  nos  jours.

 Avec  toute la  discrétion puritaine de notre  culture de la  peur  des commérages, les  rares  fois que les prouesses perverses de l’infidélité traversent mal les murs de la  discrétion prude  et des lieux des  ébats  coupables de ceux  qui ne  résistent pas à la  tentation des plaisirs interdits, la  vérité finit par éclater au  grand  jour. Pas plus  tard qu’en cette période où à  tous  bouts  de champs les  personnalités des milieux politiques ne  ratent aucune occasion faire preuve d’une  religiosité de face, la  capitale bruisse des  rumeurs d’infidélité de l’entourage du  gouvernement. A l’heure où paraissent ces lignes, des indiscrétions de la  haute société  font  état d’une  crise  de  jalousie de la part du mari d’une ministre dont la réputation en matière d’infidélité n’est plus  à  faire. Les péripéties  de cet amour triangulaire ont failli prendre une  mauvaise tournure dramatique parce que selon  des  sources fiables, l’époux trompé  s’est  servi d’une  arme  à  feu et c’est de justesse qu’il  a  raté son  rival. Le  comble  est  que le  gigolo en  question  est un père  de  famille… Sauf ingérence en haut-lieu les concernés s’expliqueront probablement devant un juge. A noter que la  dame  infidèle  n’en  est pas à  sa première incartade amoureuse. Sa liaison  avec un  ministre actuel  réputé  chaud lapin,  elle  s’est brouillée  avec  ce  dernier parce que celle-ci  n’a pas  résisté aux  charmes  d’un jeune partenaire plus  jeune que son  compagnon. Des  directeurs  généraux,  des membres  de  cabinet, le droit de cuissage  aidant ne peuvent pas  prétendre d’avoir une  fidélité à  toute épreuve.

Noël Razafilahy

Lire aussi