La Gazette de la grande ile

Edito : Lutte contre les VBG,  dites-vous ?

Publié le 09 septembre 2021

Qui ne sait pas que la Première Dame de l’Etat est l’ambassadrice, la championne de la Lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) à Madagascar ? Elle parcourt le monde entier pour chercher des fonds pour lutter contre ce fléau, elle ne ménage pas ses efforts à faire des descentes dans les coins les plus reculés de la grande île pour voir de visu la situation de la population, surtout les femmes. Mais pourtant, un membre du gouvernement de son cher époux, la snobe et pense pouvoir résoudre toute seule son problème de VBG. Elle, qui, en tant que porte-parole du gouvernement, connaît l’existence de la loi sur la lutte contre les VBG, chère à Madame La Première Dame, qui a fait en sorte que toutes les femmes soient protégées quels soit les faits et quel soit son statut. Mais non, trop fière, ayant toujours méprisé les femmes de statut matrimonial marginal, elle se laissait tabasser, violenter, menacer, passer à tabac par son très cher époux ; juste pour pouvoir conserver un nom de famille et un statut social de femme mariée. Car, ces deux critères sont importants pour son ambition politique. Plus d’une fois, la grande gueule qu’est Lalatiana Rakotondrazafy rejoint son bureau avec un œil au beurre noire. Situation connue de tout le personnel de son département, d’autant plus que son cher mari ne choisit pas ni l’heure ni l’endroit pour la brutaliser. Une grande gueule qui n’arrive pas à briser la loi du silence pour préserver une cause incompréhensible au risque de sa vie. On fait état de l’infidélité, de la jalousie, du statut social, mais le mariage est un choix, et libre à chacun de dénoncer ou pas l’infidélité de son partenaire. Mais ici, il est question de VBG, Mme le ministre : vous pouvez être la dame de fer, une femme d’Etat mais vous êtes avant tout une femme. Et vous êtes l’une des plus proches du couple Rajoelina. Pourquoi n’avez- vous pas sollicité l’aide de Mme la Première Dame ? Est- il vraiment inconcevable dans votre courant de pensée de vous confier, de demander de l’aide ou c’est trop difficile pour votre fierté déplacée,  de vous rétracter après avoir inondé les réseaux sociaux des images de votre mariage heureux et de votre couple idéal ? De votre chance d’avoir un mari aimant, portant un nom de bonne famille ? Vous êtes en pleine spirale de violences conjugales Madame je sais tout, et les gens ne sont pas dupes. Alors, arrêtez de faire la forte car vous ne l’êtes pas. Vous êtes pathétique à force de s’accrocher à un mirage. Votre cher Andriatongarivo est un homme violent, pervers narcissique et qui, comme tout auteur de violence conjugale, cherchera tous les moyens pour vous mettre sous son contrôle et sa mégalomanie à devenir le premier homme fort de ce pays…. une chose qui n’arrivera jamais avec ses casseroles. Alors….. Sois une femme de votre époque, émancipée et cultivée….. Sinon, tout ce qui pourquoi vous prétendez lutter n’est que du vent….

La Gazette

Lire aussi