La Gazette de la grande ile

Gouvernance à Madagascar : Nous les femmes …

Publié le 11 septembre 2021

Nous les femmes, nous avons appris depuis toute petite la pudeur qui nous fait nous cacher dans les broussailles lorsque sur les routes nationales on fait la pause pipi. Nous les femmes, nous avons appris très tôt à ne pas exposer notre vie privée,  ni celle de nos proches parce qu’elle est privée. Nous les femmes, nous n’avons jamais estimé utile de poster sur les réseaux sociaux nos photos de mariage, nos déclarations d’amour à celui qu’on aime,  les photos de nos enfants,  les réussites de nos enfants,  nos vacances. Il y a plusieurs manières d’apprécier nos réussites,  d’aimer notre vie, de rendre grâce parce que la vie nous traite bien que de faire des posts public de notre bonheur ou de ce qu’on veut faire croire aux gens comme notre bonheur sur facebook. Nous les femmes, nous avons toujours su faire la part des choses entre notre vie professionnelle qui demeure professionnelle et notre vie familiale qui demeure dans le cercle privé. Nous les femmes,  nous ne nous sommes pas permises de critiquer, d’humilier sur la place publique deux heures trente durant et sur plusieurs jours sur les ondes de la radio ni sur des posts de réseaux sociaux la vie de celles pour qui nous n’aurions eu qu’inimitie. Nous les femmes, nous avons su garder notre dignité : faire notre travail,  ne pas mélanger la vie professionnelle et personnelle, avoir de la retenue,  se taire quand il le faut car le silence est aussi parlant, s’affirmer et dire ce que l’on pense car nous sommes des humains qui réfléchissent. Nous les femmes, nous démontrons à chaque instant que si nous n’avons pas forcément beaucoup de diplômes,  si nous ne sommes pas des “cerveaux” du régime, nous sommes intelligentes et avons l’intelligence de la situation. Nous les femmes, nous ne sommes pas des moutons de Panurge à suivre aveuglément un mouvement auquel on n’adhère pas. Nous les femmes avons toujours eu à cœur à préférer la retenue à la logorrhée surtout quand il s’agit de sujets sur lesquels nous ne sommes pas professionnels. Nous les femmes avons développé notre capacité d’écoute de l’autre et notre volonté de tirer des leçons de la vie. Nous les femmes, nous ne nous sommes pas amusées à prétendre tout savoir, à prétendre avoir des mots à dire sur tout et n’importe quoi. Nous les femmes, nous nous sommes toujours dit que ” la roue tourne, ça peut prendre des mois, des années mais elle tourne. Ne vous inquiétez pas le mal revient à celui qui le fait !”. Nous les femmes nous ne nous laissons pas manipuler par la victimisation surtout quand celle qui se prétend victime en a fait voir des vertes et des pas mûres à d’autres femmes que nous ne connaissons d’ailleurs pas personnellement mais que nous plaignions à l’époque. Nous les femmes,  nous ne nous laissons pas manipuler par une soi-disant solidarité féminine même si elle ne concerne que les femmes politiques juste parce que nous sommes femmes. A-t-on oublié comment les photos d’une femme politique avaient été partagées sur les réseaux sociaux suivies de commentaires de femme et de quelle femme?… Nous sommes solidaires avec celles qui, comme nous, ont toujours su rester dignes, ont toujours su faire preuve d’humilité ce qui n’exclut pas la compétence,  nous sommes solidaires avec celles qui disent aujourd’hui ça s’appelle simplement  Karma!

Des femmes de la Rédaction

Lire aussi