La Gazette de la grande ile

Andry Andriantongarivo : Il cache des armes de guerre !

Publié le 11 septembre 2021

La saisie des armes du secrétaire général du ministère de l’énergie et non moins mari de la ministre de la communication Lalatiana Rakotondrazafy, Andry Andriatongarivo, avant-hier par la préfecture d’Antananarivo a confirmé officiellement auprès du public la tenue de l’effectivité de la tentative de meurtre par arme à feu dimanche dernier par cet individu. Pour rappel des faits, Andry Andriatongarivo a tiré sur un artiste du nom de Sayda qu’il a soupçonné d’être l’amant de sa femme. Selon le témoignage de quelques habitants d’Ambatobe, « il a tiré en rafale. ». La victime blessée a déposé plainte auprès de la police pour « menace et coups et blessures volontaires ». Des faits concrets qui concordent et confirment ce que nous avons toujours publié, Andry Andriatongarivo possède une arme automatique pouvant tirer en rafale qu’il a utilisé pour attaquer son rival. Pourtant, lors d’un contrôle à son domicile, la préfecture d’Antanana-

rivo n’a trouvé qu’un pistolet automatique de calibre 7.5 et un fusil de chasse. Des armes ne pouvant pas tirer en rafale. Ce qui veut dire qu’Andry Andriatongarivo possède une ou plusieurs autres armes qu’il cache. Malgré le retrait de son permis de port d’arme et les armes « officielles » qu’il a en possession, ce dernier en cache d’autres encore plus dangereuses. Nombreux sont les témoignages affirmant qu’Andry Andriatongarivo n’hésite pas à pointer son arme sur les gens avec qui il a une altercation. Il le fait en public et durant le pouvoir de Rajaonarimampianina, il a posé un Kalachnikov sur le bureau d’un journal de l’époque avec plusieurs journalistes à l’intérieur qui peuvent tous témoigner. Pour Andry Andriatongarivo, les armes servent à se protéger contre les voleurs… d’épouse.

Même si la préfecture n’a pas trouvé de Kalachnikov et autres armes de guerre automatique au domicile d’Andry Andriatongarivo, son passé de déstabilisé mental prouve à plusieurs reprises qu’il en possède et qu’il les a déjà sortis en public. Des armes illégales qu’il cacherait logiquement. Le retrait de son permis de port d’arme et la saisie de deux armes à feu ne suffisent pas.  Cet homme a prouvé à plusieurs reprises que c’était un déstabilisé mental, pervers-narcissique et complexé,qui n’hésite pas à battre sa femme et à tirer sur des gens. L’affaire Sayda a été mise au grand jour, mais qui sait ce qu’il a déjà fait avant ça ? Andry Andriatongarivo devrait faire l’objet d’une enquête de moralité poussée et d’un suivi psychologique encadré dans un centre spécialisé.

La Gazette

Lire aussi