La Gazette de la grande ile

Universités privées non conformes : Méfiance aux nouveaux bacheliers !

Publié le 16 septembre 2021

L’accès aux universités publiques n’est pas fait chaque année pour tous les dizaines de milliers nouveaux bacheliers. Avec la capacité d’accueil très insuffisante, elles ne peuvent recevoir qu’une partie seulement. C’est notamment le cas de l’ université d’Antananarivo qui n’a pu accueillir lors de la précédente année universitaire (AU) que 6 000 étudiants. Cette situation est vraiment favorable aux instituts et universités privées qui ne sont même pas homologués, lesquels renforcent actuellement leur publicité et marketing. Vu les procédures encore floues pour l’obtention de leur habilitation ou agrément auprès du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (Mesupres), la valeur des diplômes qu’ils délivrent inquiète les parents et surtout les jeunes.

Particulièrement dans la capitale, on a pu constater ces dernières années la recrudescence de la création des universités privées. On peut dire que cela est devenu un véritable succès pour les experts et amateurs du business. S’agissant de la qualité de formation, elle est dans la plupart des cas minorée par ces dites universités. Elles vendent juste l’argument des débouchés directs et rapides aux bacheliers afin de les attirer en proposant souvent les filières Communication, Paramed, Droit… La « recherche scientifique », une des normes imposées à tout établissement d’enseignement qui réclame le statut d’« université » devrait être respectée. Or, les enseignants dans ces instituts privés n’ont reçu pour la majorité aucune habilitation du ministère de tutelle. Cela est prouvé par les offres d’emploi qu’ils publient dans les médias en imposant comme critère le diplôme de Licence.

Maintenant, afin d’éviter les mauvaises surprises, les nouveaux bacheliers dont le nombre avoisine les 109 000 sont conseillés de consulter le Mesupres avant de faire le choix de l’université à s’inscrire. La liste des établissements d’enseignement supérieur privés habilités y est disponible. Le mois dernier, 138 établissements privés ont été recensés par le ministère dans tout Madagascar.

Mampionona

Lire aussi