La Gazette de la grande ile

Edito : C’est le  bal  des maudits et des  frimeurs

Publié le 21 septembre 2021

Après la  crise  sanitaire, les premiers responsables  de  ce pays se  creusent les méninges pour lutter contre  ce que les observateurs considèrent comme «un accroissement des inégalités » dans un pays où elles sont déjà plus  que préoccupantes.  Aux yeux des partenaires internationaux, «la crise a également exercé une pression sur le secteur financier qui a conduit la Banque centrale à injecter des liquidités dans le système.» A  tous les  échelons  de la  structure étatiques, des  efforts  très perceptibles  ont  été constatés pour  parvenir à une relance économique post-coronavirus. Malgré les incessantes incitations à la  grogne des agitateurs  au service des esprits  revanchards déterminés à  bloquer la promesse d’assurer l’émergence économique du pays.

Après le récent remaniement avec maintien de Christian  Ntsay comme Premier ministre, l’exécutif tout  entier  fait montre  d’une  détermination  et  d’une volonté politique pour prouver aux  électeurs qu’ils  n’ont pas  eu tort d’avoir  fait le bon  choix en  confiant au  candidat  n°13 la  destinée de Madagascar. Avec  une accélération  du rythme de ses  réformes, il peut compter sur les appuis des  secteurs des contributions  directes aux taxes  fiscales en  évolution constante. Dans ce domaine, les performances dans la mobilisation des  recettes fiscales intérieures sont  vérifiables. Les initiatives  digitales  en matière d’assiettes  et de recettes fiscales déjà mises en place donnent déjà  des résultats.

Pour l’exercice 2020 sur une prévision de l’ordre  de 2.757 milliards d’Ariary, la  Direction  Générale des Impôts  avait  enregistré  des  Recettes Fiscales Intérieures évaluées à 2.710 milliards d’Ariary,  soit l’équivalent  d’un  taux de 98,31%. Tandis que pour  cette année la  réalisation provisoire de Recettes Fiscales Intérieures 2021(Janvier à Juillet), la prévision de la  Loi de Finances Rectificatives de 1.948,69 milliards a donné une réalisation de 1.783,70, soit 91,53%. A noter  que la prévision  annuelle LFR 2021 est de 3.486, 84 milliards. Dommage  que le pouvoir  en place doit  faire  face à toute  une  série de perturbations scandaleuses au  niveau du personnel  gouvernemental. A cause des déviations peu  honorables du point  de vue de vie  et mœurs, quelques ministres profiteurs gênent  considérablement le régime tout  entier. Ils s’adonnent aussi à des opérations de propagande coûteuses pour  frimer avec utilisation budgétaire abusive. Pour le paraître, ils ont utilisé   des affrètements d’avions pour  des déplacements  qu’on peut faire  en  voiture. C’est le  bal  des  maudits. Au  grand scandale  de  tous.

 Noël  Razafilahy

Lire aussi