La Gazette de la grande ile

Secteur agricole : vulgariser les pratiques durables

Publié le 27 septembre 2021

L’agriculture à Madagascar  emploie  plus de 80% de la population active. Dans le secteur agricole, la riziculture occupe la première place. Seulement, la production rizicole dans la Grande Ile n’arrive pas à subvenir aux besoins internes et cela ne date pas d’hier. La preuve est que le pays a toujours recours à des importations massives à hauteur de 400 000 tonnes par an pour pallier au manque. A vrai dire, avec la pratique agricole qui prévaut dans le pays, Madagascar n’est pas prêt d’atteindre de sitôt l’autosuffisance alimentaire, vu qu’elle est très vulnérable face au changement climatique. D’où la nécessité de vulgariser les pratiques durables (riz hybride…). Le Forum de l’agriculture durable de Menabe avait réuni  des représentants du gouvernement, des dirigeants locaux et des ambassadeurs étrangers du 23 au 25 septembre dernier pour discuter de la situation qui prévaut dans le pays. Il est plus que nécessaire de relever les défis du développement durable. Les objectifs du forum sont de promouvoir une agriculture durable, d’intégrer efficacement les activités de développement à l’aménagement du territoire, de mobiliser des ressources techniques et financières pour vulgariser les pratiques durables et d’attirer le secteur privé pour soutenir l’économie locale.

Le Chargé d’Affaire des Etats-Unis, Amy J. Hyatt,  a d’ailleurs précisé lors de ce forum : « Relever les défis du développement durable (à Menabe) nécessite l’engagement et la collaboration des dirigeants aux niveaux national, régional et local. Il faudra que nous tous ici présents au forum jouions notre rôle pour identifier, développer et mettre en œuvre des solutions transparentes et réalisables aux défis de sécurité, de corruption et économiques ». A travers les projets USAID Mikajy et USAID Hay Tao, le gouvernement américain travaille aux niveaux local et national pour relever les défis économiques et environnementaux du Menabe. La déforestation, une corruption persistante, des pratiques de la culture sur brûlis qui dégradent les sols et l’insécurité dans la région ont enregistré une recrudescence importante au cours des dernières années. Des phénomènes de ce genre ont un impact considérable sur le secteur agricole pour ne parler que de la déforestation qui a une lourde responsabilité par rapport au changement climatique. Le gouvernement américain soutient Madagascar dans divers domaines, mais le problème est que les dirigeants ne disposent pas de compétences requises pour aller vers le changement.

Jean Riana

Lire aussi