La Gazette de la grande ile

Enseignement Supérieur à Madagascar : Sacrifier l’Université d’Antananarivo

Publié le 04 octobre 2021

Le personnel administratif de l’université fait grève, car il n’a toujours pas reçu son salaire du mois de septembre et on est le 4 octobre.  Il s’agit de salaire et pas d’heures supplémentaires. Que diraient tous ces responsables dans ce pays s’ils ne touchaient pas leur salaire ? En réalité,  l’Etat n’a jamais viré le salaire du personnel administratif sur le compte de l’université d’Antananarivo géré par l’agent comptable, depuis janvier 2021. Nous avons mené nos investigations et avons appris auprès du personnel administratif dans différentes facultés et écoles que depuis janvier 2021 jusqu’au mois d’août 2021, le salaire du personnel a été payé avec l’argent qu’il y avait à l’université et qui est composé des frais d’inscription des étudiants et cela, c’est l’agent comptable lui-même qui en a informé quelques membres du personnel, lesquels sont venus lui demander ce qu’il en est ! En terme simple, quand les parents donnent de l’argent aux étudiants pour payer les frais d’inscription, une partie va dans les établissements, permettant ainsi aux établissements d’organiser les examens, de faire les polycopes, de permettre aux laboratoires de fonctionner etc, et une autre partie va à l’agence comptable, étant censée améliorer les conditions de travail des étudiants comme la construction de nouveaux bâtiments ou l’achat des ouvrages pour la bibliothèque universitaire. Mais au final, cet argent versé par les étudiants a depuis servi à payer le salaire du personnel ! Les mêmes sources nous ont fait savoir que l’université d’Antananarivo n’a pas encore reçu de subvention étatique au titre de l’année 2021 et ce en tout cas, jusqu’à il y a encore quelques jours.  Les mêmes sources nous ont également confirmé que l’argent des heures supplémentaires de quelques enseignants vacataires n’a pas encore été payé, car l’argent a servi à payer le salaire du personnel. L’agent comptable l’a dit aux représentants du personnel. Des enseignants,  pourtant pondérés,  avec qui nous avons discuté, ont le sentiment que l’Etat veut mettre à genoux l’Université d’Antananarivo puisque dans les Universités de province,  et particulièrement celle d’Antsiranana, les infrastructures pour les cours sont érigées et aucun agent comptable n’est là pour prendre l’argent et utiliser les frais d’inscription des étudiants pour autre chose à part améliorer leur environnement de travail. Quelques enseignants d’Antananarivo qui vont dans des soutenances et autres  à Antsiranana nous ont clairement dit que l’Université d’Antsiranana leur paie les frais de déplacement par avion et le logement et qu’il y a des infrastructures aux normes. Au lieu de tuer ainsi la première université de Madagascar, et si les agents du Ministère des finances et ceux du Ministère de l’enseignement supérieur allaient à Antsiranana pour voir comment les établissements fonctionnent,  et ce qu’ils font avec les frais d’inscription pour en déduire ce qu’il faudrait également faire dans toutes les Universités dont celle d’Antananarivo ? Le schéma qui se dessine actuellement va clairement dans la destruction de l’Université d’Antananarivo. On ne peut que donner raison au personnel de faire grève, on ne peut que donner clairement raison à des enseignants d’en vouloir à l’Etat, au ministère des finances et même au ministère de l’enseignement supérieur. Ce dernier semble, selon ce qui se dit, avoir le Président de l’Université dans son collimateur. En attendant, quand au mois d’octobre, le salaire du personnel depuis janvier n’est pas versé sur le compte de l’Université,  que l’Université n’a pas reçu de subvention étatique,  cela relève du miracle que les enseignants ne se révoltent pas… à moins qu’épuisés par des mois de confinement, ils meurent d’envie d’enseigner ou qu’ils attendent la reprise pour expliquer aux étudiants comment les pouvoirs publics font pour sacrifier l’Université d’Antananarivo.

La Rédaction

Lire aussi