La Gazette de la grande ile

Deux poids de lourds dépravés : Démesure de la complaisance

Publié le 05 octobre 2021

A la question pertinente «pourquoi Madagascar est-il considéré comme un pays pauvre» par le concert des nations ? Certains  font valoir des raisons politiques comme les «7ans de règne durant lequel le président Marc Ravalomanana s’est pris pour le grand souverain indiscutable» et a «également monopolisé l’économie du pays. ». Ce disant, les observateurs font preuve d’un euphémisme certain. La plume acérée de notre collègue Riri précise qu’ayant remarqué la forme de dictature perpétrée par le régime Tiko, les gens en ont eu marre et l’obligent à abandonner le pouvoir pour s’exiler ensuite en Afrique du Sud.

Laissant ainsi son pays dans une paupérisation constante, il a essayé de revenir au pays pour sauver son parti, mais en vain (…) Il « n’est jamais arrivé à lui rendre son ancienne splendeur… » C’est pour vous dire que le peuple a la rancune tenace et ne pardonne pas les insultes faites au pays, par les écarts de conduites, les agissements immoraux touchant les intérêts supérieurs de la nation et la sexualité plus que dépravée en d’autres endroits discrets en trompant le mari ou l’épouse. Même si de l’avis des mauvaises langues, ces «supposées élites se contentent de faire l’amour obscurément, le samedi soir en position missionnaire, avec leur première épouse. » Suivez mon regard et souvenez-vous de la fameuse idylle qui a servi de fond au succès d’une chanteuse vedette pour laquelle le patron de l’empire Tiko, membre de la direction de l’Eglise FJKM a eu le béguin. Il n’y a que les fanatiques bornés et d’une cécité intellectuelle morale et intellectuelle pour croire qu’on reproche les dérives et abus financiers du fondateur du parti Tim.

Voilà qu’on fait réellement preuve d’une complaisance complice à l’endroit d’une histoire d’un mari trompé qui a très mal réagi en passant pour tuer son rival sans toutefois réussir. Le mal est fait… Au sein du gouvernement actuel, on ferme les yeux sur les frasques adultérines étalées sur la place publique d’une Mama SOSY, ministre décevante, censée être une modèle pour la jeunesse en matière de Culture avec un grand « C ». Les mères de famille ne sont pas scandalisées, mais surtout vexées que celle qui, il fut un temps, n’a jamais caché son mépris pour l’honorable Première Dame actuelle et se comporte aujourd’hui comme si de rien n’était. Or, pour moins que çà, on a largué et remercié les ministres Ahmad Ahmad (pour avoir demandé l’aide de la communauté internationale pour du matériel de protection supplémentaire ainsi que des respirateurs), Thérèse Volahaingo sous prétexte d’avoir mal géré les paniers garnis, alors que… Brice Randrianasolo, objet d’une cabale pseudo-judiciaire… Si en haut-lieu, on continue dans cette lancée, il y a de très fortes chances que le public change d’opinion à l’endroit d’un Premier ministre Christian Ntsay trop prompt à se tromper d’ennemi.

Noël Razafilahy

Lire aussi