La Gazette de la grande ile

Affaire Clémence Raharinirina : Verdict de la Cour d’Appel ce 05 novembre

Publié le 09 octobre 2021

L’affaire de Clémence Raharinirina est passée devant les juges de la Cour d’Appel d’Antananarivo hier. La conseillère municipale d’Antananarivo étant condamnée par le tribunal de première instance d’Antananarivo à un million d’Ariary d’amende avec sursis et de un ariary symbolique à titre de dommages-intérêt en décembre 2020. Elle a fait appel de sa condamnation par l’intermédiaire de son avocat maître Willy Razafinjatovo. Parmi les chefs d’inculpations retenus contre Clémence Raharinirina figure la diffamation, propagation de fausses infomations et incitation au trouble à l’ordre public.

L’intervention de Clémence Raharinirina à l’occasion d’une émission télévisée d’une chaîne privée par laquelle elle s’est ouvertement exprimée contre le paiement des licences numériques pour les taxis-ville étant un des facteurs de sa poursuite. A cela s’ajoute son implication dans la mutinerie des taximen d’Antananarivo et des marchands de rue en date de 22 juin 2020. Le maire de la commune urbaine d’Antananarivo étant le principal plaignant contre Clémence Raharinirina.

Le plaignant était absent à l’audience d’hier. Pour défendre les intérêts de sa cliente, maître Willy Razafinjatovo soutient qu’étant un personnage public, tout le monde peut s’exprimer comme il l’entend sur leurs faits et agissements d’un maire. L’avocat du plaignant de son coté réclame la confirmation du jugement de la condamnation. La Cour d’appel rendra sa décision dans cette affaire ce 05 novembre.

A rappeler que cette affaire de diffamation du maire d’Antananarivo n’est pas le seul dossier de Clémence Raharinirina en justice. Une autre plainte pour faux et usage de faux introduite par des conseillers municipaux élus sous les couleurs du parti Tiako i Madagasikara pour avoir usurpé leur signature. Autant de dossiers qui ne joueront certainement pas en faveur de Clémence Raharinirina également menacée de destitution à son poste de conseillère devant le tribunal administratif avec quelques autres conseillers.

RN

Lire aussi