La Gazette de la grande ile

Projet d’investissement : Le nouveau visage du colonialisme français

Publié le 09 octobre 2021

Le numéro de la Gazette d’hier parlait d’Ylias Akbaraly et de la poignée de main du président Macron lors du dîner de clôture de la Saison Africa 2020 à Paris. Hassanein Hiridjee, beaucoup plus discret, était également invité à ce dîner. Voilà le nouveau visage du colonialisme économique français, dont nous avons eu également un aperçu lors de la réception offerte fin août 2021 par le Président Rajoelina aux entrepreneurs français au pavillon Dauphine. L’ancien président Nicolas Sarkozy, qui s’est reconverti en conseiller de grands groupes comme Axian d’Hassanein Hiridjee en utilisant son carnet d’adresse, y assistait également.

D’ailleurs, cet ex Président a invité toute la famille Rajoelina dans sa loge du parc des princes à assister à un match de foot du Paris Saint Germain à son retour de sa rencontre avec la DG du FMI à Washington.

Connaissant l’appétit du Président Rajoelina pour les nouveaux projets grandioses et la rareté des financements, les sociétés françaises en ont profité et lui ont fait signer des projets non prioritaires et bien au-dessus du prix du marché, mais qui ont l’avantage d’être complètement financés grâce à l’aide du Trésor français et de banques françaises avec la garantie de la Banque Publique d’Investissement (BPI France). Au lieu d’étudier préalablement l’utilité économico-sociale d’un projet d’investissement et d’en chercher par la suite le financement, c’est le financement qui a dicté le choix de l’investissement. Financer un projet d’infrastructure sur une dizaine d’années est vraiment incongru, mais cela permet au Président de se glorifier de la confiance retrouvée des institutions financières et d’un projet “qu’aucun chef d’Etat n’a jamais réalisé depuis l’indépendance”.

Cela permet aux autorités françaises de se laver les mains des conséquences néfastes de ces projets et de rester à l’abri des critiques éventuelles.

Après avoir accueilli pour le sommet sur le financement des économies africaines en Mai dernier une trentaine de chefs d’Etat africains -le Président Rajoelina n’y était pas invité-, le Président Macron a cette fois rendez-vous à Montpellier avec la société civile africaine. Sans doute, une nouvelle voie d’infiltration des centres de décision des Etats africains, et de rompre avec la Françafrique et ses pratiques opaques et ses réseaux d’influence. Il est vrai que l’influence de la France dans son ancien pré carré africain est de plus en plus disputée, particulièrement par la Russie et la Chine.

Aux Africains et particulièrement à nous Malgaches de rester lucides et de savoir où se trouvent nos intérêts.

La Gazette

Lire aussi